Archive de la catégorie ‘Spiritualité’

Aphorisme – pensée du jour, de Sri Chinmoy

Jeudi 24 avril 2008

 

birdsa.jpeg

« Elle est notre Sainte Bernadette ! »

Sri Chinmoy

 

© Extrait du livre “Transfiguration” de Sri Chinmoy
© Oiseaux de Sri Chinmoy Centre Sri Chinmoy

 

 

Témoignage : La confiance en premier, par Nidish

Mercredi 23 avril 2008

“Un jour, avec deux de mes frères spirituels, comme moi disciples de Sri Chinmoy, nous nous rendions, non loin de Nevers, à une de nos réunions que l’on appelle “Joy Day”, lors de ces « Jours de Joie » l’on pratique la méditation, le chant sacré, l’on joue…, comme nous étions en avance, nous nous sommes proposés d’aller visiter la Basilique de Sainte Bernadette. Nous étions en voiture, nous l’avons garée sur le parking, non loin de la Basilique. Quand nous sommes sortis du véhicule, nous avons découvert que nous avions une roue crevée. Nous avons eu un bref instant de réflexion ; nous avions à choisir entre aller voir Sainte Bernadette ou réparer la roue, pour continuer notre voyage dans de bonnes conditions. Spontanément nous avons décidé de rendre visite à la Sainte, en premier ; nous étions à sa porte. Calmement, sincèrement nous nous sommes rendus dans le lieu où son corps est exposé.

bernadettesoubirous.jpg

Cliquer délicatement sur l’image pour l’agrandir

Quand nous en sommes partis, il nous restait à changer la roue et à l’apporter à réparer. Ce que nous avons fait.
Nous avons trouvé assez facilement un garage spécialisé dans la pneumatique. Ni les uns, ni les autres n’étions très riches et le coût de la réparation devait s’ajouter à nos différents frais de voyage, si nous nous en accommodions, nous n’étions pas enthousiastes à l’idée.
Le garagiste, disponible, a réparé la roue immédiatement ; cela nous arrangeait, nous ne souhaitions pas nous mettre en retard pour le Joy Day. Et… c’est tout. Il ne nous a rien demandé en retour, pas un centime de rémunération, alors que c’était une entreprise spécialisée dans la pneumatique.
Nous avons tout de suite vu, en cela, la grâce divine.
Nous en étions joyeux, nous avions fait la chose juste.”

Photo personnelle du blog

http://www.bibleetnombres.online.fr/nombr151.htm

Aphorisme – pensée du jour, de Sri Chinmoy : La vraie religion.

Samedi 19 avril 2008

 

184.jpg

La vraie religion a une qualité universelle.
Elle ne trouve pas de défauts dans les autres religions.
Le pardon, la compassion, la tolérance, la fraternité et le sentiment d’unité
sont les signes
d’une vraie religion.

 

© Centre Sri Chinmoy

QUESTION – RÉPONSE De Sri Chinmoy : Appréciation de la musique intérieure

Dimanche 13 avril 2008

 

conversation1m.gif

Question : Je suis un chanteur exécrable et je n’y connais pratiquement rien en musique. Je me demande si j’ai jamais eu une incarnation musicale.

Sri Chinmoy : Vous n’avez pas étudié la musique terrestre. Mais il y a quelque chose que l’on appelle la musique céleste, et celle-là, vous l’avez étudiée. Vous n’êtes peut-être pas capable d’apprécier les subtilités des qualités éthériques de la musique terrestre, mais votre âme, elle, est capable de faire prendre conscience à votre cœur de choses très, très subtiles et très, très délicates dans la musique, et de plus, votre cœur est capable de les apprécier.

Beaucoup de grands musiciens occidentaux ne savent pas apprécier la musique subtile lorsqu’elle est jouée. Il y a de nombreux excellents chanteurs et excellents musiciens qui, je vous assure, ne reçoivent rien lorsqu’ils entendent une musique très subtile. Vous pouvez accuser leur insécurité ou leur jalousie, ou encore mettre cela sur le compte de forces négatives qui sont entrées en eux. En fait, ils manquent de réceptivité pour apprécier les sentiments subtils de la musique et comme ils n’arrivent pas à apprécier, au bout d’un moment, ils perdent la faculté d’apprécier. Dans votre cas, vous ne vous identifiez ni avec la personne qui joue, ni avec ce qui est joué, c’est pourquoi vous pouvez recevoir plus de la musique que d’autres.

Vous n’y connaissez rien en musique : vous n’êtes ni un musicien, ni un chanteur. Mais lorsque vous entendez de la musique subtile, votre cœur l’apprécie tellement. À ce moment-là, votre appréciation ne porte pas simplement sur la personne qui joue ou chante, mais directement sur la Source, autrement dit sur Celui qui a donné à cet individu en particulier la capacité de chanter ou de jouer avec un maximum de ferveur et de force. Ainsi, vous recevez les Bénédictions de Dieu, le Chanteur Suprême et de Dieu, le Musicien Suprême.

Personne ne peut comprendre la musique extérieurement. La musique ne se comprend pas, elle se ressent. Il y a beaucoup de gens, surtout en Occident, qui sont devenus de bons chanteurs et de bons musiciens de manière mécanique, en travaillant indéfiniment de manière très disciplinée et mécanique. Ces grands musiciens peuvent très bien jouer ou chanter quand ils le veulent, mais bien que leur musique puisse paraître belle et profonde, leur ferveur peut être fausse. Leurs mains s’agitent et les gens s’exclament « Oh, comme c’est profond ! » parce qu’ils ont appris mécaniquement à jouer avec profondeur. Ils ont exercé leur mental ou bien ils ont atteint une certaine virtuosité qui leur permet de le faire, mais à l’intérieur de leur musique, il n’y a pas d’âme, pas de sentiment, rien ! Ils jouent si joliment, mais en même temps, ils pensent à n’importe quoi, à des choses mondaines, à rien de spirituel et dans les mondes intérieurs, ils ne font que se disputer et se battre. Très souvent l’auditeur, s’il est dans une conscience fervente, profite beaucoup plus de la musique que le musicien, parce que le musicien n’incarne pas la ferveur qu’il exprime.

Il peut arriver que l’on révèle quelque chose sans l’incarner. Par exemple, vous pouvez dire quelque chose d’absolument vrai, mais votre conscience n’est pas présente. Vous avez séparé votre conscience de la vérité même et donc, lorsque vous exprimez la vérité, vous n’incarnez pas la conscience-vérité. Vous dites simplement mécaniquement quelque chose de correct. Votre expression étant mécanique, vous ne recevez pas les véritables bénédictions des forces supérieures qui vous révèlent la vérité ; vous ne recevez pas les bénédictions de Dieu, la Vérité.

Ainsi, dans votre cas comme dans celui de quelques autres qui ne sont ni chanteurs ni musiciens, vous êtes capable de recevoir quelque chose de très élevé de la musique. Lorsqu’un chanteur ou un musicien fait quelque chose de très subtil, très fervent, vous l’appréciez en silence. Vous ne savez pas quel raga il joue, ni s’il joue du Mozart, du Bach, du Chopin ou du Beethoven. Vous ne connaissez rien à la composition musicale et vous n’avez pas besoin de ces connaissances. Mais votre cœur s’élève parce qu’il ressent quelque chose de profond et puissant, tandis que ceux qui connaissent tout de la musique ne recevront probablement rien, parce qu’ils ont perdu la capacité d’apprécier la musique subtile. De plus, vous recevez davantage que l’exécutant, qui peut ne pas incarner la conscience qu’il exprime.

Cela dit, il y a des personnes qui connaissent très bien la musique et qui ont également la capacité d’apprécier les aspects très subtils et délicats de la musique. Ils ont envie de plonger profondément en eux et de continuer à apprendre. Certains musiciens, une fois qu’ils ont appris quelque chose, ne veulent plus rien apprendre. Ils ont peur que les gens les trouvent ennuyeux ou pensent qu’ils ne font qu’imiter quelqu’un s’ils continuent à étudier. Alors ils se contentent de ce qu’ils ont. Mais un véritable mélomane et de plus, excellent musicien ne sera jamais satisfait de ce qu’il a. Dans les mondes les plus élevés de la musique, l’aspiration ne cesse de s’élèver et les capacités divines augmentent constamment.

© Conversations avec Sri Chinmoy – Volume 1 (Extrait) paru aux “Editions de La Flûte d’Or”
Copyright © 2007 Sri Chinmoy – Tous droits réservés

http://www.laflutedor.com/

Ceci est mon 100ème ARTICLE, je le dédie aux NATIONS UNIES en SRI CHINMOY

Mardi 8 avril 2008

L’article suivant est tiré du livre « LA PAIX » de Sri Chinmoy, le chapitre s’intitule :

204.jpg

« LES NATIONS UNIES : UN NOYAU DE SPIRITUALITÉ INTERNATIONALE »

Que les Nations-Unies deviennent un jour un noyau de spiritualité mondiale est plus qu’une simple possibilité. C’est inévitable. Le symbole, la vérité, la lumière qu’incarnent les Nations-Unies sont destinés à se répandre à travers le monde entier. Les Nations-Unies telles que nous les connaissons, sous leur forme extérieure, pourront ne pas durer. Mais la réalité qui leur est sous-jacente, les rêves que chaque membre des Nations-Unies porte, non pas dans son esprit mais dans son âme, tout cela devra se réaliser. Il faudra peut-être cinquante ans, deux siècles, quatre siècles pour que ces rêves se réalisent, mais ils parviendront nécessairement, même si la forme extérieure, la structure, a changé. Car l’essentiel est que l’âme s’épanouisse pleinement, jusqu’à la perfection, que les Nations-Unies se développent et donnent naissance à un Monde d’Unité.

 

Résonance entre plusieurs Auteurs : CRITIQUER !? NON MERCI !

Jeudi 3 avril 2008

- Pourquoi voyez-vous une paille dans l’oeil de votre frère, tandis que vous ne voyez pas une poutre dans la vôtre ?
Evangile de Saint Matthieu

- Nous ne connaitrons la paix que lorsque nous aurons totalement cessé de critiquer autrui.
Sri Chinmoy

- Si tu juges les gens tu n’as pas le temps de les aimer.
Mère Teresa

- Ne vous occupez pas des imperfections des autres, mais essayez de découvrir leurs qualités positives en vous rappelant que c’est votre façon de voir les choses, quand vous critiquez autrui, qui vous fait souffrir.
Mâ Ananda Moyî

- Critiquer les autres crée des obstacles pour tout le monde : pour celui qui le fait et pour celui qui est blâmé ainsi que pour ceux qui écoutent les critiques. Tandis que ce qui est dit dans un esprit positif est fructueux pour tous.
Mâ Ananda Moyî

- En fait de goût, chacun doit être le maître chez soi.
Voltaire

- On doit se regarder soi-même un fort longtemps, avant de condamner les gens.
Molière

- Ceux qui veulent gloser, doivent bien regarder chez eux s’il n’y a rien qui cloche.
Molière

- Le corbeau critique la noirceur
William Shakespeare

L’Humour aimant de Nidish : Le Ciel est mon parapluie

Mercredi 2 avril 2008

4) Une brave dame, sous un parapluie, à un moine, sous la pluie :
- Vous n’avez-rien pour vous protéger ?
- Si… j’ai le Ciel pour me protéger !

© Nidish

Samedi 22 mars 2008

g2.jpg

On reconnait une véritable religion

a son ouverture sur toutes les religions.

Sri Chinmoy

 

Photo © Phoolanjaya

 

1...56789