Archive de la catégorie ‘= Sport’

Vidéo du discours de Mr. Davidson Hepburn, Président de la Conférence Générale de l’Unesco, à propos de la World Harmony Run, la course-relais la plus longue au monde pour l’Harmonie dans le monde

Vendredi 27 janvier 2012

 

Image de prévisualisation YouTube

La World Harmony Run, la course-relais la plus longue au monde pour la Paix et l’Harmonie dans le monde, est ici présentée par  Mr. Davidson Hepburn, Président de la Conférence Générale de l’Unesco à l’occasion du 25ème anniversaire du relais. La vidéo est imagée de son passage dans divers pays. Elle présente avec justesse l’esprit et l’action de cette merveilleuse course internationale.

Courir 3218 mètres (2 miles) le dimanche à Paris, au bois de Vincennes

Jeudi 6 octobre 2011

2miles.jpg

Vous êtes joggeur
Vous êtes coureur de 10 Km, 20 Km ou marathons
Vous aimez courir et vous dépasser
Vous voulez entretenir votre forme
Vous voulez estimer votre niveau actuel et travailler votre vitesse
Vous voulez mesurer régulièrement votre temps sur  distance et évaluer votre progression…

Le Sri Chinmoy Marathon Team organise un deux miles (3218 mètres) self-transcendence, une fois par mois, le dimanche, au bois de Vincennes à partir de janvier. Actuellement les courses se se font toujours au bois de Boulogne.

2milesparis.jpg

L’inscription se prend dès 9H30 et avant 9H50, l’on nous remet dans ce créneau horaire, contre 2€ et un certificat médical (ou licence dans un club), un dossard et des épingles (pour accrocher le dossard). Ainsi nous sommes parés pour la course, quelque soit le temps.

Depuis 1981 que ces courses à pieds ont lieu, Unnatishil, le plus souvent lui, mais aussi Prabala, Ashcharjya, Diganta, Adina ou Ratna, par deux, toujours bénévoles, sont sur place pour prendre les inscriptions sur leur petite table pliante de camping. Et ensuite notent les arrivées, et réalisent les classements.

A la fois très sérieux et hyper bien organisés, ces 2 miles sont amicaux, joyeux, bon enfant. On aime à y revenir. Ainsi Balderachi Pierre, qui a plus de 83 ans, vient courir nos courses depuis plus de 10ans.

Le record du monde (SCMT) des 2 miles est ancien, il a été réalisé en octobre 1997, en Russie par Andrey Lofinov, en 8’25, lors d’un deux miles pour la Paix.
Le record français
(SCMT) a été réalisé, alors que les courses se déroulaient au Bois de Boulogne, à Paris, par Laid Bessou, en 9’42, le 24 février 2008.

Sous l’égide de Sri Chinmoy, nos courses ont plusieurs classements : Un pour les hommes et un autre pour les femmes, de moins de 50 ans, de plus de 50 ans et moins de 60 ans, de plus de 60 ans et moins de 70 ans, de plus de 70 ans. Aux premiers est remis une récompense : un fruit, tandis que tous ont un diplôme, rempli sur place, reconnaissant la performance.

Ayant couru et participé à l’occasion, à l’organisation de certains de ces deux miles, à Paris, Montpellier, Londres, Prague, New York, Bali, je puis dire que c’est toujours une grande joie intérieure que de faire partie de ce mouvement d’ensemble.

Sur le site officiel du Sri Chinmoy Marathon Team,
Vous trouverez plan d’accès, dates, résultats et photos disponibles.

© Nidish
© Logo non officiel du Sri Chinmoy Marathon Team

Les extraordinaires soulever de poids réalisés par Sri Chinmoy : plus de 3 tonnes d’un bras, et de l’autre

Vendredi 5 août 2011


“Il y a une vie intérieure ; il y a un esprit, et ma capacité à soulever des poids importants prouve
qu’il peut également agir dans la matière. J’exécute ces soulever de poids avec mon corps physique,
mais la force vient d’une source intérieure, de ma prière et de ma méditation.”
Sri Chinmoy

srichinmoysoule768veplusde3tonnesdechaquemainsnidishunblogfr.jpg
Cliquer doucement sur l’image

Le 30 janvier 1987, à l’âge de 55 ans,
Sri Chinmoy soulève 7063 livres (3203,72kg)
avec le bras droit

à partir d’un support situé à hauteur d’épaule.
Le 4 aout 1988,
il soulève 7040 livres (3193,29kg) du bras gauche.

Sri Chinmoy nous explique :

« A travers cette performance sportive, j’offre l’occasion à d’autres personnes de voir ce que l’on peut réaliser physiquement grâce au spirituel. »

« Lorsque je regarde la charge que j’ai tenue en l’air, mon esprit est confus et déconcerté.
Si nous vivons dans notre mental, nous ne trouvons que le doute, la peur, et la confusion. Mais si nous vivons dans le cœur nous réaliserons que tout est possible… C’est nous qui décidons de nos limites mais c’est également nous qui pouvons décider de les franchir. Nous pouvons constamment défier l’impossible à la fois intérieurement et extérieurement… Ma philosophie est la philosophie du progrès, de la transcendance de soi… »

Témoignages contemporains :

Bill Pearl, cinq fois Monsieur Univers : « Novateur, Sri Chinmoy utilise la Force à des fins spirituelles et incite chacun à employer tous les moyens que nous offre le monde visible pour manifester le Divin. Une philosophie de l’acceptation totale. »

Emil Zatopek , triple médaille d’or aux J.O. d’Helsinski : « Sri Chinmoy est un homme bon. Pendant des années, il a inspiré tout le monde à courir parce qu’il voulait que ses frères et sœurs connaissent la persévérance. A présent, grâce à l’haltérophilie, il inspire chacun à posséder plus de force. »

Mohammed Ali, trois fois recordman en boxe, poids lourds (à propos d’un précédent recors, « moindre ») : « 170 livres ! C’est un signe que Dieu est avec lui spirituellement et physiquement.
Le monde a besoin d’hommes comme lui. Il y a tant de guerres et de haine. Nous avons besoin d’hommes pour faire progresser le monde. Le service à autrui est le prix que nous payons pour notre demeure dans la vie future. Dieu le bénisse ! »

Questions de journalistes à Sri Chinmoy sur les soulevés de poids, et ses soulevés de plus de 3 tonnes d’un bras

Vendredi 5 août 2011

srichinmoysoule768ve7063livresnidishunblogfr.jpg
Sri Chinmoy soulève 7063 livres (3203,72kg)

Question : Pourquoi pratiquez-vous la force athlétique ?

Sri Chinmoy : Je ne suis pas un haltérophile. Je suis un chercheur de Dieu et j’encourage chacun à méditer, à prier… J’espère seulement servir la lumière d’inspiration, montrer qu’avec la prière et la méditation il n’y a aucune limite à ce que nous pouvons accomplir… Sans ma vie de prière et de méditation, je suis sûr que je ne pourrais pas lever plus de 27 kilos.
En soulevant des poids, je souhaite inspirer d’autres personnes à extérioriser leur propre force intérieure. La force intérieure n’est pas mon monopole. Chacun en a. Elle doit seulement être extériorisée et utilisée à des fins positives et non destructives, car la force ne signifie pas agression. Elle signifie aller au-delà de soi-même et se vaincre soi-même.

Question :  Quels est précisément la relation entre votre recherche de paix et la force athlétique ?

Sri Chinmoy : Il existe un lien important entre ce que je fais aux États-Unis et ce que je fais lorsque je soulève des poids. En pratiquant la force, j’essaye de montrer que si l’on prie et l’on médite, on porte en avant sa force intérieure et la force intérieure n’est rien d’autre que la Paix. Aussi si quelqu’un est réellement fort intérieurement il est toujours en Paix. C’est uniquement à cause de l’insécurité que les individus et les nations se battent les uns contre les autres et essayent de montrer leur suprématie. Mais une fois que nous avons acquis de la force intérieure, nous nous sentons sécurisés, confiants. Notre insécurité disparait et nous obtenons une Paix durable… Quand notre mental est en Paix, quand la Paix inonde notre être tout entier, nous ne nous querellons plus avec les autres, nous ne parlons plus en mal d’eux… C’est ainsi que le monde vivra dans l’harmonie et le sentiment d’unité. La Paix est unité.

Question :  Que faites-vous avant de soulever une charge ?

Sri Chinmoy : Je me concentre le plus puissamment possible sur mes ressources intérieures et je médite sur la Force cosmique. J’essaye d’obtenir de la force universelle dans mon corps.

srichinmoygrosplansoule768veplusde3tonnesnidishunblogfr.jpg
Sri Chinmoy soulève le 27 nov. 924kg

Question : Ce doit être très difficile physiquement ? Est-ce douloureux ?

Sri Chinmoy : Non, ce n’est pas douloureux mais c’est une tâche immense et très épuisante. La force intérieure doit pouvoir venir en avant et le corps physique doit être prêt à recevoir la puissance qui vient de l’intérieur. Le corps physique doit être un instrument pur et parfait de l’esprit. Je soulève ces poids avec mon corps physique mais la force et la puissance viennent de l’intérieure… L’énergie n’a qu’une seule source et cette source est l’énergie spirituelle.

Question : Quelle différence y-a-t-il entre la force et la puissance ?

Sri Chinmoy : Il y a une grande différence entre la force et la puissance. La force prédomine dans le physique, avec le physique et pour le physique. La puissance est une performance intérieure. S’il y a une lutte acharnée entre la force et la puissance, la puissance gagnera toujours car la source de la puissance est infiniment plus grande que la force physique qu’aucun être humain ne pourra jamais avoir.


© Interview paru dans le mensuel « Le monde Inconnu » en 1987

 

La leçon de tir à l’arc de Arjuna, épisode de la Mahabaratha

Lundi 18 juillet 2011


« Combien la précision est importante, elle est le reflet de la concentration et de la recherche du but de la personne. N’allez pas le lui dire, elle en sera révoltée. Le centre de la Cible n’est pas visé. » Nidish

arjunalec807ondetira768larcnidishunblogfr.jpg

La leçon de tir à l’arc

Dronacharya est Maître d’arme, il marche avec son fils Archetama dans l’école. Le père s’adresse à son fils :
« Pourquoi tes yeux sont si colorés par la compétition, mon fils ?
- Je suis ton fils, mais tu aimes Arjun plus que moi. Pourquoi ne serais-je pas compétitif ?
- Tu as voulu être mon élève, mais Dieu t’a fait mon fils. En tant que Maître d’arme, je vous ai tous fait mes élèves. Tu es ici dans une école, pas dans une maison. Dans notre maison, tu as les plus grands des droits mais à l’école, le plus talentueux des élèves a un droit.
- Sans un test, comment peux-tu décider que Arjun est le meilleur ?
- D’accord, je proposerai un test pour te satisfaire. »

 

Quelques temps plus tard, Dronacharya a réuni ses élèves, les princes de différents royaumes de l’Inde. Drona s’adresse à eux :
« Princes, voyez, il y a un faux oiseau dans l’arbre au loin. C’est votre cible. Vous devez placer la flèche exactement dans l’œil. Êtes-vous prêt ? « 
Tout le monde acquiesce.
Les sages de la stature de Drona sont concis et très peu expansifs, la séance est prête à débuter.

Drona appel un élève, Yudhisthira.
- Oui Gurudev
- Vise

Le jeune homme, se met en position, place sa flèche, tend la corde.
- Que vois-tu ?
- (L’élève répond) Le ciel, la terre, l’arbre
- Non

Il appel un autre élève : Duruydan.
- Ji Gurudev
- Il y a un oiseau dans l’arbre.
- Ji Gurudev
- Visez
- Oui, Monsieur

Le jeune homme, se met en position, place sa flèche, tend la corde.
- Que vois-tu ?
- Un oiseau caché par les feuilles
- OK
- Dois-je tirer ?
- Non.

Il appel un autre élève : Archetama (son fils)
- Ji Gurudev
- Visez
- Oui, Monsieur

Le jeune homme, se met en position, place sa flèche, tend la corde.
- Que vois-tu ?
- Tes pieds, les arbres, et l’oiseau dans les feuilles
- OK, retourne à ta place.

Il appel un autre élève : Arjun que l’on connaît dans les mondes des Cieux comme le disciple parfait.
- Ji Gurudev
- Visez
- Oui, Monsieur

Le prince, se met en position, place sa flèche, tend la corde.
- Que vois-tu ?
- Je ne peux voir que la tête de l’oiseau

Le Maître d’arme échange un regard avec son fils.
- Et maintenant ?
- Je ne peux voir que son œil.
- OK, mon fils. »

Le Maître d’arme enseigne ensuite à tous ses élèves.
« Un archer ne devrait voir que sa cible, le Centre de sa cible. »

Le fils du Maître d’arme, vient à lui et s’incline à ses pieds :
« Je te demande pardon, Monsieur. »
Le Père le relève :

- Tu es la lumière de ma vie, fils. Mais ce n’est pas bon d’être jaloux. La jalousie neutralise les bons points d’une personne. Toi, mon fils, tu es mon héritier, mais mon meilleur élève est sans aucun doute Arjun. »

  o o o o o o o o

 

Cette histoire est très connue dans l’archerie, dans le milieu Zen on la raconte aussi ; peu en connaissent l’origine indienne et son héros Arjuna, non plus son contexte d’origine, la Mahabaratha. Voici la chose rectifiée.

Question : Quel est l’intérêt spirituel des sports de compétition ? Réponse de Sri Chinmoy

Lundi 27 juin 2011

ckgrunning.jpg

Question : Quel est l’intérêt spirituel des sports de compétition ?

Sri Chinmoy : Notre but n’est pas de devenir le meilleur athlète du monde. Notre but est de garder la forme, de développer le dynamisme et de donner une joie innocente à notre vital. Notre but ne devrait pas être de vouloir être meilleurs que les autres, mais plutôt de surpasser constamment nos performances précédentes. Nous ne pouvons évaluer correctement notre propre capacité sans un niveau de comparaison. C’est pourquoi nous faisons de la compétition non pas pour battre les autres mais pour faire venir en avant notre propre capacité. Notre meilleure capacité ne vient en avant que lorsqu’il y a d’autres gens autour de nous. Ils nous inspirent à extraire nos meilleures capacités et nous les inspirons à faire venir en avant leurs meilleures capacités. Voilà pourquoi nous avons des compétitions sportives.

Il devrait toujours y avoir un but. Avoir un but ne signifie pas que nous devons essayer de battre les meilleurs coureurs du monde, Non, pas du tout. Dans la vie spirituelle, il n’y a pas de compétition. Mais il y a quelque chose d’essentiel, de nécessaire et d’incontournable, que nous appelons progrès. Notre but devrait être notre propre progrès, et le progrès même est l’expérience la plus illuminante.

Disons que nous voulons faire des progrès ; nous voulons nous transcender. Maintenant, si quelqu’un d’autre est avec nous, son mental ou bien notre mental pensera immédiatement que nous faisons une compétition. Dans la vie ordinaire, nous nous mesurons aux autres pour acquérir la suprématie. Dans la vie spirituelle par contre, nous n’entrons pas en compétition contre les autres. Nous essayons simplement de transcender nos propres capacités.

Nous pouvons dire que nous avons deux moitiés : l’une est l’imperfection, et l’autre est notre imploration sincère pour la perfection. Un coté est la faiblesse, et l’autre est la force. Avec notre imploration intérieure pour la perfection, courons vers notre destination et atteignons le rivage-illumination. Lorsque notre être toute entier sera illuminé, les forces obscures de l’ignorance auront peur de nous approcher. Avant d’atteindre la destination, elles nous défient. Mais une fois que nous aurons atteint la destination-illumination, les forces de l’ignorance n’oseront plus entrer en nous parce qu’elles sentirons qu’elles seront totalement détruites. Elles ne savent pas qu’elles ne feront qu’être transformées et illuminées.

50 et 100 km à Paris, au Bois de Vincennes, avec le Sri Chinmoy Marathon Team et les courses « Self trenscendence »

Dimanche 5 juin 2011

100kmeneps.jpg

« La détermination que vous aurez mise dans cet effort héroïque continuera à traverser votre esprit et votre cœur, longtemps après que votre succès et votre échec auront été oubliés. »
Sri Chinmoy

o o o o o o o
Image de prévisualisation YouTube

Est-ce que la vie spirituelle modifie la forme physique ? Réponse de Sri Chinmoy

Jeudi 26 mai 2011

mg682112.jpg

Ici Ashrita Furman, à Bali, au début de l’année (janvier 2011), avec un jeune Orang-outan sur le dos, établi un record du monde insolite, mais non moins très sportif qui sera enregistré dans le très officiel livre « Guinness Records ». Ashrita est le détenteur du record du monde des records du monde réalisés par une seule personne.

o o o o o o o

Est-ce que la vie spirituelle modifie vraiment la forme physique ?

Sri Chinmoy : Oui, la vie spirituelle change la forme physique si, en pratiquant la vie spirituelle, on prend soin du physique. Il y a beaucoup de Maîtres spirituels qui pratiquent la spiritualité et qui prennent également soin du physique. Je fais partie de ces Maîtres. Même lorsque j’étais en Inde, je m’entraînais régulièrement parallèlement à la méditation. Mais il y a aussi beaucoup de Maîtres qui ne s’occupent pas du physique.

La vie spirituelle a la capacité de changer le physique, mais si l’on n’utilise pas consciemment la vie spirituelle pour aider le corps, le corps ne sera réceptif que dans une certaine mesure. Cela dépend du chercheur ; soit il souhaite que sa vie spirituelle entre dans sa conscience physique, soit il préfère avoir deux existences séparées. Mon sentiment est que les deux devraient aller ensemble. Mais encore une fois, il est inutile qu’un corps devienne fort si l’on n’aspire pas. Le corps et l’âme doivent aller de pair dans le voyage spirituel.

Invictus, poème préféré de Nelson Mandela, film de Clint Eastwood sur le Chef d’Etat de l’Afrique du Sud

Mardi 8 mars 2011


Poème de l’écrivain William Ernest Henley 

Out of the night that covers me,
Black as the pit from pole to pole,
I thank whatever gods may be
For my unconquerable soul.

In the fell clutch of circumstance
I have not winced nor cried aloud.
Under the bludgeonings of chance
My head is bloody, but unbowed.

Beyond this place of wrath and tears
Looms but the Horror of the shade,
And yet the menace of the years
Finds and shall find me unafraid.

It matters not how strait the gate,
How charged with punishments the scroll,
I am the master of my fate:
I am the captain of my soul.

Ce poème inspirera Mandela durant son incarcération à Robben Island ; il donnera le nom du poème au film réalisé par Clint Eastwood, sorti en 2009, disponible en DVD depuis le 5 janvier 2011.

invictus.jpg

 Ce film est une reconstitution convaincante de la première année à la présidence de l’Afrique du Sud de Nelson Mandela, il est alors le premier Président noir sorti des urnes, alors déjà Prix Nobel de la Paix depuis 1993. Cette consécration arrive après un rude parcours de 27 années d’emprisonnement, dont 18 à l’institution pénitentiaire de Robben Island, située dans une petite île où, au XXème siècle, l’on enfermait les opposants à l’apartheid et les contraignait à des travaux forcés. Le poème de William Ernest Henley est pour Nelson Mandela, dans ce contexte, d’un soutient profond ; il le récite et l’enseigne à des codétenus pour maintenir leur moral.

Invictus, un film américain, de Clint Eastwood, présente l‘Afrique du sud en 1995, profondément divisée entre blancs et noirs alors que la Coupe du Monde de rugby allait se dérouler sur le territoire ; Nelson Mandela a le sentiment que le rugby, sport national des blancs, à l’occasion de cette coupe du monde peut abattre les différences raciales entre les individus et faire émerger du fond du cœur de chacun une unité nationale, pour cela il a foi en la force de son aspiration et dépasse tous les préjugés.
Morgan Freeman,  qui joue le rôle de Mandela, a été nominé aux Oscar « Meilleur acteur », tandis que le capitaine de l’équipe national de rugby, joué par Mart Damon,  a été primé meilleur second rôle.
Ce film est une biographie de ce moment où l’homme politique, profondément humanitaire, avance en synergie avec le capitaine de l’équipe de rugby qui doit croire en sa mission pour remonter son équipe, qui perd tous ses match amicaux, au plus haut sommet de la rencontre internationale.  Le défi est à relever, Mandela  transmettra en main propre
au capitaine le poème en même temps que la force de son espérance. Le film replace au premier plan les valeurs élevées d’unité nationale, d’abolition des clichés discriminatoires et révèle les valeurs élevées de Mandela en les hommes et montre son action empli de Paix et de non violence ; le film, distrayant, et sans heurts autres que ceux des chocs des rugbymans sur le terrain, peut être vu par tous les membres de la famille, avec grand bénéfice.  

o o o o o o o

Si le film ne le rapporte pas, nous pouvons tout de même rappeler que cette année là, Mandela a offert à tous les jeunes africains un ballon. L’association humanitaire « The Oneness-Heart-Tears and Smile », créée par Sri Chinmoy, a participé à cette action en faisant parvenir des ballons à l’association de Nelson Mandela.

srichinmoyetmandela.jpg
Sri Chinmoy et Nelson Mandela

Sri Chinmoy lui a écrit ces louanges :

« Nelson Mandela, vous avez souffert la torture suprême.
Vous êtes le sourire du plus-haut des Cieux
et le rêve de consolation de la terre.
Votre cœur a gagné le choix d’admiration du monde.
Au-dedans comme au-dehors, vous êtes la voix parfaite de la justice. »

o o o

« Non seulement l’Afrique du Sud, mais toute l’humanité
était enchaînée par l’apartheid.
Non seulement l’Afrique du Sud, mais toute l’humanité
se réveilla pour lutter pour la liberté.
Non seulement l’Afrique du Sud, mais toute l’humanité
gagna le combat pour la liberté. »

 

Nikolaï Valuev a dignement participé au programme « Lifting Up The World with a Oneness-Heart »

Vendredi 26 mars 2010

 

nicolayvaluevwwwnidishunblogfr.jpgNicolay Valuev, surnommé dans le monde de la boxe « Le géant russe » mesure 2,14 m et pèse autour de 140 kg. Il est né le 21 aout 1973 à Saint-Petersbourg. Il est consacré champion du monde poids lourds WBA le 17 décembre 2005 et à nouveau le 30 août 2008 après avoir perdu son titre durant 16 mois. Il conservera la ceinture des Champions du monde en lourds jusque novembre 2009. C’est ce personnage impressionnant qu’a soulevé Sri Chinmoy, à Paris, le 26 mars 2006.

nikolavaluevsourirewwwnidishunblogfr.jpg

J’étais présent à cet évènement, et j’avoue que j’ai été surpris par la douceur qui s’exprimait sur le visage du boxeur géant et par son éclatant sourire en présence de Sri Chinmoy. Le regard perçant, le garçon était d’un très grand calme, posé, présent à ce qui se passait.  Sri Chinmoy l’a soulevé lui tout seul et aussi avec sa compagne.

nikolavaluevavecsrichinmoywwwnidishunblogfr.jpg

Après le soulever, Sri Chinmoy lui a remis la médaille du programme « Lifting Up The World  with a Oneness-Heart » le boxeur le dépassait en taille de beaucoup.

123