Archive de la catégorie ‘SRI CHINMOY : BIOGRAPHIE’

800e article du blog dédié aux Nations Unies et au 80e anniversaire de Sri Chinmoy

Lundi 8 août 2011

unlogobluesmlfr.jpg

Comme à l’occasion de tous les 100 articles, je dédie ce 800e aux Nations Unies.
Ce nombre d’articles réalisés a aussi la particularité d’avoir été atteint pour
Célébrer le 80e anniversaire de la naissance de
Sri Chinmoy, né le 27 août 1931.

Sri Chinmoy a toujours eu une très haute considération pour les Nations Unies. Vous pouvez en prendre mesure dans le livre « L’Eveil spirituel du monde ». Le texte qui suit est extrait du livre biographique « Une vie de Lumière ». Ce chapitre rapporté présente l’affection qu’ont témoigné à Sri Chinmoy les Secrétaires Généraux qui lui ont été contemporains.

srichinmoyuthantnidishunblogfrjpg.jpg
Sri Chinmoy and U Thant

29 février 1972, UN Headquarters New York

Selon Sri Chinmoy, les Nations Unies incarnent les espoirs et les rêves de l’humanité. Il les appelle Le Cœur-Demeure du Corps-monde. Il considère que tout service rendu aux Nations Unies est un service rendu à la famille du monde.

Sri Chinmoy écrit à ce propos :

Le message extérieur des Nations Unies est la paix.
Le message intérieur des Nations Unies est l’amour.
Le message essentiel des Nations Unies est l’unité.
Nous ressentons la paix.
Nous devenons l’amour.
Nous manifestons l’unité.

Au printemps 1970, sur invitation du Secrétaire Général en fonction, U Thant, Sri Chinmoy commença à conduire des méditations, bi-hebdomadaires pour la paix dans le monde, au siège des Nations Unies à New York. Ces réunions, qui ont lieu pendant la pause du déjeuner, ont régulièrement été tenues depuis cette époque, jusqu’au départ de ce corps de Sri Chinmoy (entré en Samadhi le 11 octobre 2007). Des employés et des délégués de nombreux pays y assistent. Sri Chinmoy est très reconnaissant à C.V. Narasimhan, alors Chef de Cabinet, qui le présenta à U Tant.

(suite…)

Ecrit pour le Théâtre (extrait), de Sri Chinmoy : « Le Fils », biographie de la Vie du Seigneur Jésus Christ (Scène 2 : L’apparition de l’Ange à Marie)

Jeudi 24 décembre 2009

notredamedefautimontimmaculeconceptionviergemariewwwnidishunblogfr.jpg
L’Immaculée Conception – Notre Dame de Fautimont (34)

L’Ange – Marie

Chez Marie. Un Ange apparait :

L’Ange : Marie, Marie, je t’apporte un message très singulier d’en haut.
Marie : Singulier… dans quel sens ?
L’ange : Dans un sens divin… lumineux.
Marie : Ah… dis-moi alors… dis-moi !
L’Ange : Le Seigneur grandit en toi.
Marie : Le Seigneur…
L’Ange : Le seigneur de l’univers.
Marie : Que dis-tu ? Je ne te crois pas. Je n’en crois rien… Pour l’amour de Dieu, ne me torture pas !
L’Ange : Marie… Moi… te torturer ?
Marie : Oui, tu me tortutes. Un torrent de peur se déverse en mon cœur. Une tempète de doute obscurcit mon esprit.
L’Ange : Ne crains pas, cela ne te sied pas. Ne t’ouvre pas au doute, Marie ; cela ne te sied pas. Ecoute mon secret : tu personnifies l’Infini ; ton cœur Eternité ; ta vie Immortalité. Marie… Jésus, le fils de Dieu est en toi. Il sauvera son peuple. Il règnera à jamais sur le monde. Veux-tu savoir comment ?
Marie : Oui… comment ?
L’Ange : Pas avec le pouvoir des armes, mais avec le pouvoir de son cœur, le pouvoir de son amour.
Marie : Pouvoir du cœur… pouvoir de l’amour… sont-ils différents l’un de l’autre ?
L’Ange : Non, ils sont une même chose. Le cœur est amour. L’amour est cœur.
Marie : Me voici enfin heureuse. Tu viens de me livrer le message suprême. Que puis-je t’offrir en retour ?
L’Ange : Rien. Aie simplement foi en ce que je dit.
Marie : je te crois. J’accepte avec gratitude ton message.
L’Ange : Marie, ton acceptation de mon message est ma récompense. Mari, tu es immaculée. Tu es grande. Tu es divine. Avant de te quitter, Marie, j’ai autre chose à t’annoncer. Ta cousine Elisabeth donnera aussi naissance à un enfant…
Marie : Formidable ! Je m’en vais lui rendre visite.
L’Ange : Excellente idée.
(L’Ange disparait)
Marie : Ô Seigneur, Tu me donnes Ton enfant bien-aimé. Je suis ignorante. Je ne sais rien. Mais je sais que Tu es le Pardon, la Compassion et l’Amour incarnés.
(Elle chante)
Qu’il est simple d’apprendre le message lumineux de mon Dieu.
Qu’il est aisé d’accomplir Sa tâche rayonnante.
En moi chante et danse Son Jour de Nectar.
En Son Ciel de Gloire mon But et moi baigneront.


© « Le fils » une pièce de Sri Chinmoy- Centre Sri Chinmoy
© Photo «  »Notre Dame de Fautimont » de Nidish

A la même date, l’an prochain,
Vous trouverez un autre extrait :
La Scène 1
: « Au Paradis »

Dans les Yeux d’un tigre : l’enfance de Sri Chinmoy, biographie

Lundi 28 septembre 2009

clich20090928212848.jpg

Un jour, alors qu’il avait dix ans, Madal se rendit chez son once maternel dans le village de Kelishahar pour y passer quelques jours. Ce village était à une dizaine de kilomètres de son propre village de Shakpura Est. Kelishahar est entouré de petites montagnes, et Madal adorait se promener seul dans les montagnes.
Ce jour-là, il passa par un endroit rempli de jujubiers. Il grimpa sur l’un d’eux et commença à manger autant de jujubes qu’il pouvait.
Mais lorsqu’il descendit de son arbre, il se trouva nez à nez avec un énorme tigre. Et dans les yeux du tigre, il vit les yeux de sa propre mère. plus il regardait dans les yeux du tigre, plus il sentait l’amour et l’affection de sa mère émaner de l’animal. Ceci effaça toute sa peur.
Au bout de cinq minutes, Madal se tourna et commença à marcher vers la maison de sa tante? Au bout d’environ 400 mètres, il regarda derrière lui pour voir si le tigre le suivait. a sa grande stupéfaction, il ne trouva plus aucune présence du tigre.
Alors il se mit à courir à toute vitesse en criant : « J’ai vu un tigre, j’ai vu un tigre ! »
Plus tard, le même jour, Yogamaya, la maman de Madal, arriva tout à fait à l’improviste. Pendant sa sieste, elle avait vu en rêve que Madal se faisait attaquer et tuer par un tigre. Elle se précipita en courant vers la maison de son frère, folle d’inquiétude. Lorsqu’elle vit Madal sain et sauf, elle versa d’abondantes larmes de joie.

© « Une Vie de Lumière » Biographie de Sri Chinmoy paru aux Editions de La Flûte d’Or
© Gros plan d’une photo du « Temple tiger » ; voir article sur ce blog en cliquant sur le mot clé  : « Animaux : Tigre »

Question – Réponse de Sri Chinmoy : POÉSIE ET MUSIQUE PROVIENNENT-ELLES d’un monde supérieur ?

Lundi 30 juin 2008

Question : Y a-t-il un monde supérieur d’où provient la poésie ?

ckg208n14.jpgSri Chinmoy : Oui. Lorsque votre conscience s’éveille ou que d’une manière ou d’une autre, vous entrez dans les mondes supérieurs, vous verrez que tout est déjà écrit. Vous n’avez pas besoin d’être réalisé pour vous rendre dans ces mondes. Le grand poète Rabindrath Tagore, par exemple, le faisait. De même Sri Aurobindo, qui lui, était bien sûr réalisé. J’ai commencé à pratiquer cela à l’âge de treize ou quatorze ans. Je n’ai absolument pas écrit certains poèmes; je voyais les mots sur le mur et je les recopiais ; beaucoup des poèmes que j’ai écrit en 1944 me sont venus comme cela. Je voyais tous les mots exacts, avec la ponctuation et tout. Ces poèmes sont venus de ces mondes. Je n’ai pas volé les mots de quelqu’un d’autre. Ils étaient déjà tout prêts dans un autre monde, mais pas encore manifestés dans ce monde. lorsque vous êtes inspiré, cela vient de votre cour et de votre esprit, mais également d’un autre monde. Vous n’êtes que le messager qui rapporte ces mots, mais ce dont je parle va plus loin. Dans le monde de la poésie, les mots sont écrits. Parfois, un être vient et les dicte. Sri Aurobindo a dit que l’un de ses livres n’avait pas été écrit par lui bien qu’il ait été publié sous son nom. Selon Sri Aurobindo, c’est un être particulier qui lui a dicté ce livre du début à la fin.

Question : Est-ce que certains grands compositeurs ont reçu leur musique en allant dans ces mêmes mondes ?

Sri Chinmoy : Pour certains, j’en suis sûr. Je suis sûr que c’était le cas de Beethoven, par exemple.


© Textes extraits du livre “Conversations avec Sri Chinmoy” Volume 3 paru aux Editions de “La Flûte d’Or” : http://www.laflutedor.com/ Copyright
© 2007 Sri Chinmoy Tous droits réservés

La vie de Sri Chinmoy 1, en quelques images

Samedi 31 mai 2008

Image de prévisualisation YouTube
Vidéo : 8’47

Sri Chinmoy en quelques images le montrant avec :
Le Président d’Afrique du Sud Nelson Mandela, prix Nobel de la Paix ; le Président Gorbachev, Prix Nobel de la Paix ; Mère Teresa, prix Nobel de la Paix, qui porte le flambeau de la World Harmony Run ; le Dalai Lama, Desmond Tutu archevêque anglican sud-africain noir, Prix Nobel de la paix ; le boxeur Mohamed Ali ; Sudhahota Carl Lewis, 9 fois médailles d’or aux jeux Olympiques ; le virtuose de sitar Ravi Shankar à qui il remet le Prix U Thant ; le Cardinal Basil Hume, prélat britanique, cardinal de l’Eglise catholique romaine et archevêque de Westminster, à Londres, Président de la conférence épiscopale d’Angleterre et du Pays de galles ; Kofi Annan, Secrétaire-Général des Nations Unies ; la Princesse Diana ; le Pape Paul VI qui aura dit lors de la première des trois audiences qu’il a eut avec Sri Chinmoy en 1972 : « Cette rencontre est des plus essentielles. La vie hindoue et la vie chrétienne vont ensemble. Votre message et le mien sont les mêmes. Lorsque nous aurons tous les deux quitté ce monde, nous nous retrouverons. »

Sur cette vidéo l’on voit aussi une brève présentation de Sri Chinmoy : soulevant une pyramide de personne représentant plus de 1441 Kg ; soulevant Sudhahota Carl Lewis assis sur un éléphant ; lors de 600 concerts donnés dans les sites les plus prestigieux au monde ; peignant plus de 200 000 peintures et oiseaux.

Ravi Shankar et Sri Chinmoy

Vendredi 30 mai 2008

Image de prévisualisation YouTube
Un exploit de virtuosité du maître incontesté du sitar : Ravi Shankar
Vidéo : 4’46

Deux semaines plus tard, Ravi Shankar et sa famille se rendirent à New York où le Maestro et sa fille donnèrent un concert privé pour Sri Chinmoy et ses étudiants. Il eut lieu sous une grande tente dressée dehors. Une tempête et des pluies torrentielles qui s’abattirent pendant toute la soirée inspirèrent Ravi Shankar par la grandeur et la puissance de la nature. Il joua avec une telle célérité et un tel brio qu’il étonna même les membres de sa famille. Plus tard, Sri Chinmoy commenta : « Au lieu de l’appeler pluie torrentielle, appelons cela les larmes de Mère-Terre suppliant Père-Ciel de descendre. Ravi Shankar représente le Ciel, et Mère-Terre a pleuré et pleuré pour que le Ciel descende. Pour moi, cette expérience restera inoubliable, absolument inoubliable. Elle restera à jamais dans ma mémoire. La performance de Ravi Shankar était absolument unique. Il a joué et joué de tout son cœur. A l’âge de 82 ans, il a joué comme un jeune homme. Ce soir, nous avons vu et ressenti quelque chose de tout à fait extraordinaire. Ravi Shankar était au septième ciel de l’extase. Nous sommes tous transformés. »
Sri Chinmoy et Ravi Shankar sont depuis devenus les amis les plus intimes, aussi bien sur le plan intérieur que sur le plan extérieur. Tous deux ont répandu à leur propre manière le message spirituel le plus élevé de l’âme aux quatre coins du monde. Ils sont tous deux des ponts sublimes entre l’Orient et l’Occident.

Copyright© 2006 Sri Chinmoy Extrait et adapté pour ce blog du livre « Sri Chinmoy : Une vie de Lumière » Une biographie autorisée par Sri Chinmoy. (épuisé) Paru aux Editions « La Flûte d’Or

http://www.laflutedor.com/

Ecouter aussi la fille de Ravi, Anouska Shankar
http://nidish.unblog.fr/tag/musicienne-anoushka-shankar/

Rencontres de Mère Teresa avec Sri Chinmoy

Mardi 27 mai 2008

motherteresa.jpg
Mère Teresa porte la torche de la World Harmony Run
en présence de Sri Chinmoy, fondateur de cette course internationale,
le 1 octobre 1994 à Rome


L’amour et l’affection de Mère Teresa


Sri Chinmoy a toujours décrit Mère Teresa comme sa Mère de Compassion et sa Sœur d’Affection. Au cours des dix dernières années de sa vie, ils furent extrêmement proches l’un de l’autre. Sri Chinmoy la rencontra plusieurs fois à Rome et à New York. Ils parlèrent fréquemment au téléphone. Sri Chinmoy et Mère Teresa ont le même anniversaire, le 27 août. Cette divine coïncidence leur donna à tous les deux beaucoup de joie.

En 1994, lorsque Sri Chinmoy rendit visite à Mère Teresa à sa Maison des Missionnaires de la Charité près du Vatican à Rome, Mère Teresa prit sa main avec amour, comme le ferait une véritable mère. Elle dit à Sri Chinmoy : ” Je suis tellement heureuse du bon travail que vous faites pour la paix dans le monde et pour les peuples de tant de pays. Puissions-nous continuer à travailler ensemble et tout partager ensemble pour la Gloire de Dieu et le salut de l’homme.”
Sri Chinmoy répondit : “Vous êtes la Mère de Compassion. Vous êtes la Sœur d’Affection. Vous avez conquis le cœur de tous les pauvres et les nécessiteux que vous avez servis. Vous avez conquis, non seulement tous les gens, mais l’Inde toute entière. Non seulement l’Inde, mais le monde tout entier.”
En 1997, Sri Chinmoy lui écrivit un livre de poèmes, comme cadeau d’anniversaire, intitulé : Mère Teresa : le Cœur-Fleur de l’Humanité ; l’Âme-Parfum de la Divinité.
Elle fut très touchée de recevoir ce cadeau unique. On peut y lire :

Mes frères et sœurs du monde,
Sommes-nous aveugles au point de ne pouvoir lire

L’autographe même de Dieu

Sur le front de Mère Teresa

Le 27 août 1997, Mère Teresa célébrait son 87ème anniversaire et Sri Chinmoy son 66ème. Sri Chinmoy appela Mère Teresa à Calcutta : “Ah vous savez que c’est mon anniversaire ! dit Mère Teresa, ravie.
- Mère, qui peut ignorer le jour de votre anniversaire ? lui répondit Sri Chinmoy. lorsque le soleil brille, le monde entier sait que le soleil brille. Je prie le Christ Sauveur de vous accorder Ses bénédictions très, très spéciales pour votre anniversaire. Vous êtes venue au monde pour faire quelque chose de vraiment grand et vous le faites à travers votre service sans répit pour l’humanité.”

D’une voix emplie d’émotion, Mère Teresa dit à Sri Chinmoy : “Tout ce que vous faites est pour la Gloire de Dieu et le salut du monde ! Priez pour moi, comme je prie pour tous vos projets pour la paix dans le monde. Vos œuvres d’amour sont des œuvres de prières, et vos œuvres de prières sont des œuvres de Dieu.”

Une semaine plus tard à peine, Mère Teresa quittait cette terre. Sri Chinmoy reçut la nouvelle alors qu’il était à Varsovie. Il composa aussitôt un panégyrique à l’attention de Mère Teresa que ses étudiants chantèrent avec amour dans les églises et au cours de cérémonie commémoratives dans le monde entier.

Mère Teresa : L’oiseau planant de Calcutta
La Lune voguante de l’Inde
Le Ciel pleurant du monde
La perle larmoyante de la terre
Le Gain dansant du Ciel
La Promesse fleurissante du Christ
La Fierté récoltante de la Vierge Marie.

© Texte extrait du livre “Sri Chinmoy, Une vie de Lumière” boigraphie parue aux Editions de “La Flûte d’Or”(Epuisé) :

http://www.laflutedor.com/

Copyright© 2007 Sri Chinmoy Tous droits réservés

Le Manipuri et Tagore

Mercredi 21 mai 2008

Dans le nord-est de l’Inde, le Manipuri est la langue officielle de l’Etat du Manipur, elle est aussi parlée au Myanmar et au Bangladesh ; c’est aussi une danse religieuse autrefois réservée aux temples.

Image de prévisualisation YouTube

Kaberi Chatterjee danse le Manipuri Vidéo : 1’35

Le Manipuri est un des styles majeures des danses classiques de l’Inde qui a été popularisée, au siècle dernier, par Tagore (6 mai 1861 – 7 août 1941) grand écrivain, dramaturge et philosophe indien dont l’œuvre a profondément influencé la littérature et la musique du Bengale ; Tagore a été couronnée du Prix Nobel de Littérature, en 1913. Sri Chinmoy a souvent évoqué ce prolifique poète, il a même mis en musique de ses poèmes.

o

o               o

Je dormais et je rêvais que la vie n’était que joie.
Je m’éveillais et je vis que la vie n’est que service.
Je servis et je compris que le service est joie.

Tagore

 

Pour découvrir Tagore, l’Immense poète Bengali,
Cliquer Ici 

Célébration de la venue de Sri Chinmoy en Occident (Extrait de la biographie)

Dimanche 13 avril 2008

 

special.jpg

En ce moment même, à NewYork,
des milliers de personnes célèbrent l’anniversaire
de l’arrivée de Sri Chinmoy
en occident.


Chinmoy Kumar Ghose est né le 27 août 1931, dans le petit village de Shakpura, au Bengale (aujourd’hui Bangladesh). Durant son enfance, Sri Chinmoy était connu sous le surnom affectueux Bengali de Madal, signifiant “petit tambour”, une référence à sa vitalité et son caractère bruyant. De façon prophétique, Yogamaya dit de son fils ; “Mon Madal est destiné à être joué par les dieux et déesses dans les cieux !”

Quand Sri Chinmoy a 11 ans, son père décède et un an plus tard sa mère Yogamaya disparait également ; en 1944, le jeune Chinmoy, alors âgé de 12 ans, part avec ses frères et sœurs dans le sud de l’inde, pour s’installer à Pondichéry dans l’ashram de Sri Aurobindo. Dans cette communauté spirituelle, pendant 20 ans, il écrit de la poésie ainsi que de la prose, compose des chants dévotionnels et pratique également les disciplines sportives à un haut niveau ; il y pratique la méditation pendant de longues heures, jusqu’à 14 heures par jour. Pendant toute cette période d’apprentissage, Chinmoy réalise de nombreuses expériences profondes et atteint des états de conscience très élevés.

Le 13 avril 1964, à l’âge de 32 ans, Sri Chinmoy, répondant à un appel intérieur, part pour New-York afin de partager son expérience spirituelle avec les aspirants sincères de l’occident. Pendant plus de 40 ans, Sri Chinmoy a guidé spirituellement les chercheurs dans de très nombreux pays, en les encourageant à vivre un mode de vie équilibré qui comprend les disciplines intérieures de la prière et de la méditation, ainsi que la dimension dynamique de la vie contemporaine.

Depuis 1970, Sri Chinmoy a offert des méditations pour la paix deux fois par semaine au siège des Nations Unies à New York et fut le fondateur du groupe : “ The Peace Meditation at the United Nations ” sous l’égide du Secrétaire Général U Thant.

© Centre Sri Chinmoy

Si le cœur vous en dit, je vous invite à lire le restant de cette “biographie” dans les “pages” de ce blog, que vous trouverez en cliquant sur ce lien :
- SRI CHINMOY : BIOGRAPHIE

Samedi 12 avril 2008