Archive de la catégorie ‘Symbole / Symbolisme’

« La diagonale » jeu d’écriture de Nidish

Lundi 1 août 2011

unediagonalejeude769criturenidishunblogfr.jpg

Voici un petit jeu d’écritures, très simple. Oh oui, qu’il est simple : Un trait.
Êtes-vous sûre ? N’est-ce pas le versant d’une montagne ?
C’est au moins une droite ascendante, dans notre symbolique occidentale.

Symboliserait-elle la vie ?
Peu importe. Le jeu est simplement là pour nous amuser à écrire.

Ce trait en pleine page sollicite l’imagination.
Je vous invite à écrire une phrase qu’il vous inspire.

Si vous faites l’exercice chez vous en reproduisant le trait, vous pouvez écrire directement sur la ligne, avec une encre de couleur, cela aura un charme.


Exemple, voilà mes mots :

Du temps vers le temps, je vais.
Du vide je viens.
En le vide je retourne.

A tout jamais, je suis.
A tout jamais, je serais.

o o o

Participer à ces jeux,
C’est écrire avec notre cœur-encrier
Et notre plume dorée.

© Nidish

 

La Conque symbolise la victoire de la Vérité sur l’obscurité

Vendredi 11 mars 2011

« La conque est un coquillage utilisé comme instrument de musique à vent. L’instrumentiste souffle dans celle-ci pour produire le son selon le même principe que la trompe ou la corne. Il est possible d’obtenir plusieurs tons en bouchant plus ou moins l’obturation. »
Encyclopédie libre Wikipédia

krishnasouffledanslaconque.jpeg

« De tous les instruments de musique, la conque est le plus sacré et le plus spirituel. Les Dieux cosmiques et les Déesses détiennent une conque, Sri Krishna, Arjuna, et tous les héros de l’ordre le plus élevé ont utilisé la conque. Elle est le symbole de la victoire. La conque est trouvé dans les fonds marins. L’eau symbolise la conscience, et symbolise l’immensité de l’océan. Dans notre vie spirituelle, rien n’est plus important que l’expansion de notre conscience. Un instrument sacré, sacré, sacré telle est notre Conque Indienne. » Sri Chinmoy

La World Harmony Run, le relais international avec un flambeau, son histoire a débuté en 1987 :

Jeudi 18 février 2010

worldharmonyrun.gif

La World Harmony Run est une idée originale de Sri Chinmoy, elle portait alors un autre nom. Le 27 avril 1987, le premier flambeau a été allumé par Lui-même au pieds des Nations Unies ; une grande cérémonie a eu lieu. Les coureurs ont ensuite sillonnés dans différents pays. En France, un relais a été organisé entre les ville de Calais et de Genève. « C’était héroïque, nous n’étions pas très nombreux. » nous dit Unnatishil. Personnellement, à Amiens, je ne connaissais pas encore Sri Chinmoy, quand j’ai eu un papier d’information entre les mains, j’ai été tout de suite enthousiasmé, je trouvais l’idée géniale, cette idée de contribution à la Paix, par une « chaîne » symbolique entre tous les être humains, tous les pays…

La course a eu lieu ensuite tous les deux ans jusqu’en 1994.

En 1995, Sri Chinmoy suggère que la course ait lieu chaque année. Chaque pays, chaque ville s’est pris en charge et a organisé quelques évènements. En France, un relais s’est établi autour de la ville d’Amiens, avec ses habitants, à l’initiative de Nidish. De Paris, le coureur émérite qu’est Unnatishil, est venu participer à cet évènement local.

En 1999, pour la première fois, à la veille de l’entrée dans le nouveau millénaire, la course a durée toute l’année, elle a pris à cette occasion, la dimension continentale. En Europe, le flambeau est parti de Lisbonne, le 1er janvier, porté par des coureurs des différents pays européen, et a fait le tour des capitales. Elle s’est terminée à Londres, le 31 décembre. L’épreuve étant très importante, Sri Chinmoy a demandé, en 2001, que la course ne dure que 6 mois.

Cet évènement reçoit continuellement le soutien de nombreuses personnalités de hauts niveaux, sur le plan sportif citons Carl Lewis (USA), 9 fois Médaille d’Or aux jeux Olympiques, Paul Tergat (Kenya), ancien champion du monde de marathon, Tatiana Lebedeva (Russie), Médaille d’Or au saut en longueur aux J.O. d’Athènes 2004, ou encore Tegla Loroupe, championne de marathon, qui sera présente à Dublin, au départ de la course européenne, le 25 février 2010, dans une semaine.

600ème article, dédié aux Nations Unies : conférence sur « Le Nouvel An et sa signification » de Sri Chinmoy, à l’ONU

Mardi 22 décembre 2009

unlogobluesmlfr40fb57.jpg

600 ème article du blog de Nidish

Comme tous les 100 articles précédents, je dédie à l’occasion de la nouvelle année qui arrive,  ce 600ème article aux Nations  Unies et à l’unité des nations en les quels je crois, par un écrit de Sri Chinmoy, qui est la retranscription d’une  conférence tenue au siège des Nations Unies à New York à l’occasion de la nouvelle année ; ce texte est extrait du livre “L’Eveil spirituel du monde” qui est paru aux Editions de la Flûte d’Or.

 

Le nouvel An

Le nouvel an signifie une nouvelle expérience. Le nouvel an connaît une nouvelle aspiration des hommes. L’aspiration est une imploration ascendante qui se transforme en un sourire illuminant.
Les êtres humains attendent une nouvelle satisfaction du nouvel an. La satisfaction est l’incarnation et la manifestation du bonheur. Lorsque nous incarnons le bonheur, chacun de nos petits mondes devient un monde grand et vaste. Lorsque nous manifestons notre bonheur, le mortel en nous devient immortel.
Qu’est-ce que le bonheur ? Le bonheur est ce que Dieu est éternellement. Le bonheur n’est pas quelque chose qui se trouve au cœur du don de soi. Non ! C’est notre don de soi inconditionnel. Se donner, c’est devenir Dieu, lentement dans la réalité, sûrement dans la divinité et infailliblement dans l’immortalité.
Chaque nouvel an nous rappelle notre idéal et notre réalité. Notre idéal consiste à voir la Vérité. Notre réalité consiste à devenir la Vérité. La Vérité est l’œil de Dieu au ciel ; la Vérité est le cœur de Dieu sur terre. L’œil de Dieu nous guide et nous conduit. Le cœur de Dieu nous nourrit et nous immortalise.
Chaque nouvel an apporte une nouvelle responsabilité. Une nouvelle responsabilité est une nouvelle opportunité. Quel est le message de l’opportunité ? L’opportunité nous dit que notre but ultime ne doit pas rester un rêve lointain. Le but peut être atteint en transformant la faim animale en faim divine. Le but peut être atteint en transformant la soif animale en soif divine. La faim animale dévore la vision divine en nous. La faim divine est une faim de transcendance de soi. La soif divine est une soif de perfection de soi.
Le nouvel an offre le message, soit de la destruction, soit de la satisfaction. Si nous nous satisfaisons à notre manière humaine, nous rencontrerons sans aucun doute la destruction. En revanche, si nous satisfaisons sans aucun doute la satisfaction. En revanche, si nous satisfaisons Dieu à Sa propre manière, nous rencontrerons immanquablement la satisfaction. Douter du divin en nous et céder à l’humain en nous est une manière de nous satisfaire à notre propre manière. Mais parfaire l’humain en nous et combler le divin en nous est la manière de satisfaire Dieu à Sa propre manière.

 

Bouquet d’oiseaux de Sri Chinmoy, sens et symbolique

Mardi 24 novembre 2009

srichinmoy.jpeg

« La joie, l’extase et la félicité que ces oiseaux incarnent auront
toujours libre accès à votre cœur d’aspiration et à votre vie de
consécration. »

Sri Chinmoy

 

© Texte et dessin de Sri Chinmoy – Centre Sri Chinmoy

Le Cèdre dans la littérature et la spiritualité, symbolisme et poésie

Mardi 3 novembre 2009


cedrelarge1.jpg
Cèdre du Liban

Symbolisme :

En raison des caractéristiques  (taille, diamètre, durée de vie), le Cèdre du Liban est devenu un emblème de grandeur, de noblesse, de force, de pérénité et d’incorruptibilité. “Le Cèdre ne pourrit pas ; faire du cèdre les poutres de nos demeures, c’est préserver l’âme de la corruption.” Origène (II ème siècle). L’astrologie celtique a fait du cèdre le symbole  de “la confiance”.

Le Cèdre du Liban, erez en hébreu, est mentionné dans les trois grandes religions monothéistes

Le Cèdre du Liban est cité 103 fois dans la Bible.


Ézéchiel 17
(Extrait) :

22 Ainsi parle le Seigneur, l’Éternel : J’enlèverai, moi, la cime d’un grand cèdre, et je la placerai; j’arracherai du sommet de ses branches un tendre rameau, et je le planterai sur une montagne haute et élevée.
23 Je le planterai sur une haute montagne d’Israël; il produira des branches et portera du fruit, il deviendra un cèdre magnifique. Les oiseaux de toute espèce reposeront sous lui, tout ce qui a des ailes reposera sous l’ombre de ses rameaux.
24 Et tous les arbres des champs sauront que moi, l’Éternel, j’ai abaissé l’arbre qui s’élevait et élevé l’arbre qui était abaissé, que j’ai desséché l’arbre vert et fait verdir l’arbre sec. Moi, l’Éternel, j’ai parlé, et j’agirai.”
Voir la totalité du texte : http://aupieddemonarbre.free.fr/cedre/bible.htm#27

Son aspect est celui du Liban,
sans rival comme les cèdres.
Ses discours sont la suavité même,
et tout en lui n’est que charme.
Tel est mon bien-aimé, tel est mon époux,
filles de Jérusalem.
(Cantique 5,15)

Salomon, vers 976 avant Jésus-Christ, utilisa largement le Cèdre du Liban, en planches, en poutres, en caisson pour la construction du premier Temple de Jérusalem : « Il garnit de planches de cèdre la face interne des murs du Temple – depuis le sol du Temple jusqu’aux poutres du plafond, il mit un revêtement de bois à l’intérieur – et il couvrit de planches de genévrier le sol du Temple. » 1Roi, Chap. 6 :15 *. Imputrescible, le bois du cèdre est résistant aux moisissures et aux termites, il a une durée de vie très importante ; les temples du Moyen-Orient et de l’Inde en ont fait un réelle usage ; on l’a aussi employé pour la construction navale et la fabrication de sarcophages en Egypte.
* Voir la totalité du texte, extrait de la Bible de Jérusalem : http://www.biblia-cerf.com/BJ/1r6.html
Cliquer ci-dessous
pour

(suite…)

Le « Révolver noué », « Knotted Gun » de Carl Frederik Reuterswärd, une sculpture symbole de paix, de non violence et de désarmement

Samedi 24 octobre 2009

 

suedestockolhm26et27avril2005157symboledepaix.jpg
Stockolm :
Suède
Cliquer sur la photo pour l’agrandir

Carl Fredrik Reuterswärd :

Carl Fredrik Reuterswärd est né à Stockholm en 1934, il commence à étudier l’art avec Fernand Léger à Paris en 1951. De 1952 à 1955 il étudie l’art à Stockholm, à l’Académie royale des Beaux-Arts, où il exercera en tant que professeur de peinture de 1965 à 1969. A l’automne 1974, il travaille aux États-Unis, en tant qu’artiste et en tant que professeur invité par l’école d’art de Minneapolis.  À 55 ans Reuterswärd subit un accident vasculaire cérébral qui paralyse son côté droit. Cela l’amène à recommencer une nouvelle vie artistique ; il travaille dur pour ré-apprendre à écrire et à peindre, désormais avec sa main gauche. Reuterswärd fait don d’une série de croquis et de maquettes de divers projets et travaux publics au Musée des Esquisses de Lund (Suède). A ce jour, il vit et travaille près de Lausanne, en Suisse.

Carl Frederik Reuterswärd est l’un des artistes les plus renommés au monde. Ses œuvres sont exposées dans les plus grands musées d’art contemporain tant en Europe qu’aux États-Unis. A l’annonce de l’assassinat de son ami John Lennon, le 8 décembre 1980, l’artiste est tellement bouleversé et en colère de cette mort insensée et des nombreux autres débordements de violence inutiles dans le monde qu’il est allé dans son studio et s’est mis à travailler sur le thème de  la non-violence : « Mes premières esquisses en trois dimensions ont été un peu rude et simple, mais la chose importante est que l’idée du canon noué était avec moi depuis le début ». L’artiste dessinait le « Revolver au canon noué » symbole de paix pour le monde ; en composant un nœud dans le canon il désarmait les forces de la violence ; le sculpteur a lui-même baptisé l’œuvre : « Non violence ».

nonviolence.jpg
Malmö : Suède, original 1985

Découvrir la suite en cliquant :

(suite…)

La Flamme éternelle pour la Paix, sur le port de Oslo, et la Statue de Sri Chinmoy

Jeudi 30 octobre 2008

Image de prévisualisation YouTube

« Eternal-Peace Flame », l’Eternelle Flamme de Paix brûle en constance sur le port de la ville d’Oslo, capitale de la Norvège. Elle a été dédiée le 9 juin 2001 par la commune à Sri Chinmoy, fondateur de la World Harmony Run.

Video amateur de Sharani ; voir son blog en anglais :
http://www.sharani.org/