Archive de la catégorie ‘Nidish : Témoignages’

Courir 3218 mètres (2 miles) le dimanche à Paris, au bois de Vincennes

Jeudi 6 octobre 2011

2miles.jpg

Vous êtes joggeur
Vous êtes coureur de 10 Km, 20 Km ou marathons
Vous aimez courir et vous dépasser
Vous voulez entretenir votre forme
Vous voulez estimer votre niveau actuel et travailler votre vitesse
Vous voulez mesurer régulièrement votre temps sur  distance et évaluer votre progression…

Le Sri Chinmoy Marathon Team organise un deux miles (3218 mètres) self-transcendence, une fois par mois, le dimanche, au bois de Vincennes à partir de janvier. Actuellement les courses se se font toujours au bois de Boulogne.

2milesparis.jpg

L’inscription se prend dès 9H30 et avant 9H50, l’on nous remet dans ce créneau horaire, contre 2€ et un certificat médical (ou licence dans un club), un dossard et des épingles (pour accrocher le dossard). Ainsi nous sommes parés pour la course, quelque soit le temps.

Depuis 1981 que ces courses à pieds ont lieu, Unnatishil, le plus souvent lui, mais aussi Prabala, Ashcharjya, Diganta, Adina ou Ratna, par deux, toujours bénévoles, sont sur place pour prendre les inscriptions sur leur petite table pliante de camping. Et ensuite notent les arrivées, et réalisent les classements.

A la fois très sérieux et hyper bien organisés, ces 2 miles sont amicaux, joyeux, bon enfant. On aime à y revenir. Ainsi Balderachi Pierre, qui a plus de 83 ans, vient courir nos courses depuis plus de 10ans.

Le record du monde (SCMT) des 2 miles est ancien, il a été réalisé en octobre 1997, en Russie par Andrey Lofinov, en 8’25, lors d’un deux miles pour la Paix.
Le record français
(SCMT) a été réalisé, alors que les courses se déroulaient au Bois de Boulogne, à Paris, par Laid Bessou, en 9’42, le 24 février 2008.

Sous l’égide de Sri Chinmoy, nos courses ont plusieurs classements : Un pour les hommes et un autre pour les femmes, de moins de 50 ans, de plus de 50 ans et moins de 60 ans, de plus de 60 ans et moins de 70 ans, de plus de 70 ans. Aux premiers est remis une récompense : un fruit, tandis que tous ont un diplôme, rempli sur place, reconnaissant la performance.

Ayant couru et participé à l’occasion, à l’organisation de certains de ces deux miles, à Paris, Montpellier, Londres, Prague, New York, Bali, je puis dire que c’est toujours une grande joie intérieure que de faire partie de ce mouvement d’ensemble.

Sur le site officiel du Sri Chinmoy Marathon Team,
Vous trouverez plan d’accès, dates, résultats et photos disponibles.

© Nidish
© Logo non officiel du Sri Chinmoy Marathon Team

Prabala réalise un exploit personnel de transcendance et de course à pieds en courant 80 marathons en 9 mois

Mardi 4 octobre 2011

« Cours et deviens
Deviens et cours
Cours pour devenir dans le monde extérieur
Deviens pour progresser dans le monde intérieur. »
Sri Chinmoy


joydayheidelberg2011004.jpg

Sur les routes allemandes, proches d’Eidelberg

Si ce n’est un record du monde, c’est un record personnel méritoire réel qu’a effectué ce jeune homme de 43 ans (il fête le 11 octobre prochain ses 44ans).

Ici nous vous racontons l’histoire inspirante de Prabala qui a su aller au bout de lui-même en menant à bien un projet personnel de course à pieds :

Prabala est né un 11 octobre. Cette année les jours s’écoulaient et les mois commençaient aussi à s’égrainer sans que notre ami sportif n’exprime un quelconque projet personnel de transcendance sportive ou autres. Dans le cœur du moine-coureur, une aspiration grandissait cependant, elle s’est exprimée lors d’un Joy Day, en janvier, à ce moment là il a annoncé : « Je vais courir 80 marathons dans l’année pour célébrer les 80 ans de Sri Chinmoy ».

srichinmoyavecprabala.jpg

Sri Chinmoy (1931-2007)  médite sur Prabala

Sri Chinmoy encourageait ses disciples à réaliser des performances personnelles.
Dans la vie spirituelle -qui concerne tout le monde- la transcendance est importante. On ne peut arriver à Dieu, en l’attendant passivement. L’action intérieure et extérieure est importante. L’avancée, les progrès intérieurs que l’on réalise lors d’un effort de transcendance sont probants. Notre vie s’en trouve changée. Sri Chinmoy a passé sa vie à le démontrer ; à chacune des secondes il a inspiré le monde à s’améliorer à travers son propre exemple de transcendance.

(suite…)

Le Festival Song of the Soul au Jeronimos Monastery, une magnifique expérience spirituelle

Mardi 27 septembre 2011


anandagroupsongofthesoulportugalnidishunblogfr.jpg

Le concert-festival Song of the Soul qui a eu lieu à Lisbonne ce 23 septembre, a été magnifique. Il est difficile de décrire ce qui est d’abord un climat spirituel, de joie et de bonheur. Ce moment passe par la musique de Sri Chinmoy qu’interprètent à leur manière les disciples du maître indien, en groupes variés, composés de deux à plusieurs musiciens de très bons niveaux. Chaque groupe respecte cependant la mélodie du Maître et aussi les paroles des chansons, écrite en bengali, ou anglais principalement, mais aussi en sanscrit et aussi en français. Ainsi, c’est très impressionnant, une multitude de compositions se réalisent de par le monde. Sri Chinmoy, lui-même, a écrit plus de 20 000 chants. Ce qui donne sur notre bonne planète-terre un jeu de lumières colorées qui enchante de ses feux flamboyants le cœur réceptif de milliers d’auditeurs prêts à recevoir cette élevée musique sacrée. En ce début de nouveau millénaire, nous pouvons percevoir les prémices de l’éclat qu’aura ce bouquet musical.

alapnidishunblogfr.jpg

Donc, ce soir-là, nous avons pu apprécier les groupes d’Ananda (sur la photo), voix et instruments, de Mandu et Visuddhi à la harpe et à l’erhu, Alap à la flûte -celui-ci est fabricant de flûtes, il en joue sur un très grand nombre ; il a réalisé de nombreux CD ; et en a offert à Sri Chinmoy qu’il utilisait en concert-. Ce soir-là Alap s’accompagnait de sons enregistrés composés à partir d’un bol tibétain. Kanala que l’on voit sur la photo à droite jouant du sitar, avec son groupe composé d’un tabla et d’un autre instrument indien a interprété plusieurs mélodies. L’ensemble français Ishwara, composé d’Ashcharjya à la flûte traversière et Prabala au clavier, donne, comme tous les autres, des concerts de par le monde.

groupeunissonportugalnidishunblogfr.jpg

Un groupe unisson de jeunes filles ont chanté, et les nouvelles disciples du Portugal ont récité ou lu des poèmes spirituels de Sri Chinmoy.

Pour conclure ce festival honorant l’œuvre de Sri Chinmoy, le groupe Ananda a revenu sur scène et a invité les spectateurs à chanter avec eux un mantra joyeux « Aum Aparajitaya Nama ». Le public enchanté après ce moment, s’est levé et à applaudi ; le groupe n’a pas résisté à cet appel et a interprété un autre chant de Sri Chinmoy, en bengali, pour le Christ : « Jishu Kristo »

Le tout se déroulait dans la magnifique cour du monastère Géronimos, au cœur de Lisbonne, au Portugal. Tous les concerts que nous proposons sont offerts.

Song of the Soul est un festival mobile, il est composé de groupes qui varient selon les dates et lieux, ces groupes sont eux-mêmes composés de chanteurs et musiciens mouvants. Cela résulte en des spectacles spirituels toujours différents, et toujours d’un haut niveau musical et spirituel. Chaque année le festival entame une tournée en différents pays du monde.

© Article et photo de Nidish

Cliquer sur les photos pour les agrandir

Aphorismes sur la paix et bonbons distribués à l’occasion de la Journée internationale de la Paix

Jeudi 22 septembre 2011

80aphorismessurlapaixdesrichinmoya768loccasiondelajourne769einternationaledelapaix.jpg

Le 21 septembre 2011,
à l’occasion de la journée internationale pour la paix,
Nidish distribue dans une rue de Montpellier
80 aphorismes sur la Paix,
de Sri Chinmoy,
accompagnés de bonbons à l’anis.

 

A propos de l’EXPOSITION DE PHOTOJOURNALISME qui a eu lieu AU SIÈGE DES NATIONS UNIES À NEW YORK, commentaire et extrapolation de Nidish en concordance avec la journée mondiale pour la Paix

Mercredi 21 septembre 2011

paixnidishunblogfr.jpg
PAIX

L’Agence Yonhap News (YIPPA) et le service national d’information continue de la République de Corée ont inauguré une exposition photographique dans le Hall des visiteurs du siège des Nations Unies, le lundi 22 août. L’exposition est restée en place jusqu’à la date du 8 septembre. Durant ces deux semaines, des visiteurs du monde entier ont pu la découvrir. J’ai fait parti de ceux-là.

 

(suite…)

Une histoire de sous, pour apprendre. Témoignage de Nidish

Vendredi 16 septembre 2011

ecureuilse769pianidishunblogfr.jpg

Voici une blague juive trouvée sur un site spécialisé dans le genre :

Un petit garçon juif raconte à son père :
Papa, j’ai gagné 3 euros ce matin !
Comment as-tu fait ?
J’ai couru derrière le bus, au lieu de prendre un billet !
Petit imbécile, tu aurais pu gagner 15 euros si tu avais couru derrière un taxi !

Voilà ce qui se passe quand on court après l’argent, on n’en a jamais assez ! C’est ce que certains parents apprennent à leurs enfants, c’est ce que certaines sociétés humaines perdurent à induire à leurs groupes. Et ceux-là ne récoltent que frustration, déplaisir et mécontentement.

J’ai eu la chance d’aller dans une région du monde très spirituelle, beaucoup de régions du monde se disent appartenir à une religion ou à une autre, celle-ci était très spirituelle, les personnes qui y vivent ont peu de bien matériel, mais leur visage exprime la paix et leurs yeux un sourire.

Comme le marchandage se pratique aux alentours, j’ai marchandé le prix d’un petit parapluie pliable, alors que la pluie tombait à flot. Les deux vendeurs -amis, semblait-il- s’amusaient de mes grignotages, d’autant plus que leur simplicité était tellement grande que mon mental se perdait entre les chiffres de leur monnaie et les conversions dans la mienne qui venait de changer (passage du franc à l’euro). J’en arrivais à une certaine confusion, désarmante. Il y avait dans l’attitude de ces deux personnes une joie intérieure simple, une grande compassion. Une gentillesse vraiment touchante. Dieu merci, j’ai laissé de côté ce marchandage mal à propos et j’ai souris avec eux de la situation.

La bonté et la générosité de leur nature, issue de leur pratique spirituelle ancestrale, a simplement coulé comme une leçon dans ma vie.

© Photo et témoignage de Nidish

Haridas Greif, compositeur occidental nous parle de la musique de Sri Chinmoy Maître indien

Jeudi 8 septembre 2011

greifharidas.jpgHaridas Greif (1950-2000) a écrit ce texte d’importance qui suit dans le programme du concert que Sri Chinmoy a donné à Paris le 13 octobre 1984. Cette année est celle où Sri Chinmoy a commencé a donné ses premiers grands concerts dans le monde. Auparavant Sri Chinmoy offrait de petits concerts à ses proches, ou à de petits comités de personnalités et d’invités.

Nombreux sont ceux qui, aujourd’hui, demandent davantage à la musique que d’être un simple divertissement : ils veulent qu’elle les guérisse de leur « mal de vivre » en cherchant un sens plus profond à leur existence.

Nous avons l’intime conviction que la pérennité de la musique réside « ailleurs » qu’en elle-même et nous fait pencher vers des êtres qui la vivent comme un véhicule du message le plus profond de leur âme et ne se contentent point d’être véhiculés par elle.

Les moines qui furent à l’origine de l’apparition du chant grégorien étaient moines avant d’être musiciens. Sri Chinmoy est un de ces hommes qui possède la chance rarissime d’allier à la réalisation spirituelle une connaissance suffisante de la musique pour nous en transmettre le reflet fidèle. Pourtant, Sri Chinmoy n’est pas un compositeur professionnel. Ni davantage un interprète. S’il joue de plusieurs instruments -de l’esraj, son instrument de prédilection, de la flûte traversière, du violoncelle ou du clavecin-, ce n’est pas en virtuose, loin s’en faut. Il n’a appris la musique que grâce à sa propre intuition. C’est son unité avec la source qu’il l’a conduit à la musique, dans la mesure où cette source est aussi celle de la musique. Il n’a jamais conçu cette dernière autrement que comme une des expressions naturelles et jaillissantes des réalités les plus sublimes. Cela explique que sur un plan strictement analytique, sa musique se situe loin des préoccupations hautement technologiques et sophistiquées de nos contemporains. Elle est même d’une simplicité déroutante.

(suite…)

Rezwana Choudhury Bannya chante Rabindra Sangeet Tagore

Jeudi 1 septembre 2011

Image de prévisualisation YouTube

Rezwana Choudhury Bannya est une spécialiste des chants de Rabindra Tagore, poète, musicien, Prix Nobel de Littérature. Cette vidéo est une des meilleures que j’ai trouvé sur le net de la chanteuse. Il y en a peu.

2rezwanachoudhurybannyachanterabindrasangeettagoreauxce769le769brationsdu80e768meanniversairedesrichinmoya768newyorkenaout2011nidishunblogfr.jpg

A l’occasion des célébrations du 80ème anniversaire de la naissance de Sri Chinmoy, j’ai eu la chance ce 29 aout d’être aux premiers rangs d’un récital que la chanteuse a offert à Aspiration Grund, à New York, lors de sa rencontre avec le groupe polyphonique Ghandarava Loka. À ce moment, avant et après son récital, elle a accompagné les prestations du groupe international lors d’interprétations de chants bengalis de Sri Chinmoy.

C’était grandiose, d’une infinie beauté visuelle et musicale. Rezwana interprète à la perfection les chants, appuyant avec justesse et ferveur chaque nuance des mots, du phrasé poétique et musical des auteurs.  C’est un ravissement de l’âme que de l’écouter.

© Article et photo de Nidish

Une Rencontre, celle de Ravi Shankar et celle de Sri Chinmoy, lors d’un concert à Philadelphie

Mercredi 3 août 2011

 

Témoignage de Nidish : Sri Chinmoy au concert de Ravi Shankar à Philadelphie

Le mardi 12 novembre 2002, à 15h, deux cars partent de Jamaïca à New York pour aller à Philadelphie assister au concert de Sitar de Ravi Shankar et de sa fille Anoushka. Ce sont les disciples de Sri Chinmoy, tous désireux d’accompagner leur Maître spirituel à cette représentation de l’expert indien dans l’utilisation  du meilleur de cet instrument traditionnel indien. Sri Chinmoy se rendait au concert en voiture.

(suite…)

Le scoutisme un mouvement de jeunesse pour les adultes responsables de demain

Mercredi 27 juillet 2011


Toujours Prêt

à servir

Il existe les scouts et guides de France qui font notre propos et aussi un autre mouvement traditionnel, les scouts d’Europe, que nous n’évoquons pas ici par manque de connaissance.

Les scouts ont un grand rendez-vous aujourd’hui en Suède, un rendez-vous mondial ; en effet, 40 000 jeunes de 14 à 17ans, de 170 pays, se sont retrouvés ce mercredi à Rinkaby, près de Kristianstad, dans le Sud-est de la Suède, pour douze jours, à l’occasion du 22e Jamboree. La précédente réunion internationale avait eu lieu en 2007, en Grande Bretagne, à l’occasion du centenaire du mouvement.

C’est Baden-Powel (22/2/1857 Londres – 8/1/1941 Kenya) qui est à l’origine du scoutisme ; il est parti avec l’idée de mettre en pratique tous les principes qu’il avait élaboré durant la guerre, au service de jeunes garçons désœuvrés, dans une optique de paix : « À la fin de ma carrière militaire, dit Baden-Powell, je me mis à l’œuvre pour transformer ce qui était un art d’apprendre aux hommes à faire la guerre, en un art d’apprendre aux jeunes à faire la paix ; le scoutisme n’a rien de commun avec les principes militaires. »

(suite…)

12345...7