Archive de la catégorie ‘Nidish : Témoignages’

Un Arc-en-Ciel sur la course de 3100 miles du Sri Chinmoy Marathon Team – Témoignages

Samedi 16 juillet 2011


Chaque matin et chaque soir
Puis-je devenir la flûte-Mélodie-Arc-en-ciel de mon cœur.
Sri Chinmoy

Au cours de cette édition de la course la plus longue au monde, où 11 coureurs, garçons et filles, sont engagés depuis le 12 juin, et courent à leur rythme, inlassablement, jusqu’à avoir franchi la distance de 3100 miles ( 4987,9m), est apparu un Arc-en-Ciel, un mois après le départ.

L’épreuve organisée par le Sri Chinmoy Marathon Team dure 52 jours au maximum. Les coureurs pendant ce temps courent et se reposent à leur rythme. La course a lieu à Jamaïca, à New York, sur une boucle de 800 mètres. Sri Chinmoy, de son vivant physique, allait au départ de la course, et à différents autres moments sur le parcours, ce qui était à chaque fois pour les coureurs une bénédiction réelle qui apportait joie, encouragement, réconfort. La course, comme toutes les autres œuvres de Sri Chinmoy, est restée programmée, même après que Sri Chinmoy ait quitté son corps. Cette 15ème édition se terminera peu avant le 80ème anniversaire de la naissance de Sri Chinmoy, qui a lieu le 27 août.

arcenciel3100milesnidishunblogfr.jpg

Histoire d’Arc-en-Ciel sur le 3100 miles

Utpal raconte en anglais sur son blog :

Hier soir (le 13 juillet 2011), un arc-en-ciel est apparu, hardiment peint dans le ciel, au-dessus de la course des 3100 miles Self-transcendance. Il y a probablement un bon nombre d’ennuyeuses raisons techniques et scientifiques du pourquoi et du comment il s’est formé, mais quoi qu’il en soit, dans le court laps de temps où il a brillé dans le ciel, c’était magique. Pour les coureurs cela a été particulièrement important, car c’était pour eux une visite tout à fait inattendue de la beauté de la nature. Ils sont tous dans la course autour du cours depuis un mois maintenant, et ce fut quelque chose de totalement unique et nouveau. Personne ne peut se rappeler d’avoir vu la présence de quelque chose d’aussi spectaculaire sur le parcours.

Quelques instants plus tôt, il avait plu très brièvement, il y avait eu quelques éclairs, la foudre et ensuite l’air tout s’est tout simplement adouci, il y avait comme une légère brise qui balayait la ville. Pour un temps, il y a même eu un deuxième petit arc-en-ciel à côté d’un plus grand. Je sais combien j’étais heureux de les voir tous les deux au-dessus de moi, mais je ne peux pas vraiment imaginer à quel point il a dû l’être pour ceux qui font  le tour pendant des milliers de miles et qui tout à coup sont bénis par la présence de l’Arc coloré dans le ciel. Etait-ce un présage de choses brillantes à venir ou tout simplement une petite bénédiction du ciel pour ceux qui travaillent aussi durement, avec un but aussi intense, sur cette terre ? Qui sait ? Mais pendant un moment il a avec certitude apporté un sourire sur le visage de chaque coureur et de chaque helpeurs ; pour ceux-là qui allaient trainant le fardeau d’une journée chaude et humide, tout d’un coup ils pouvaient courir à nouveau. Atmavir, après cette apparition, a couru aussi vite et aussi légèrement sur ses pieds comme il avait pu le faire il y a quelques semaines.

Commentaire de Nidish

La description que donne Uptal me rappelle l’expérience que l’on avait avec Sri Chinmoy dans ce type d’évènement. Alors que l’on courait un 2miles, un 47 miles ou un 6 jours, ses disciples le portaient dans leur cœur et espéraient, sans l’attendre, le découvrir à un moment inattendu sur le circuit. Sri Chinmoy arrivait toujours, il passait dans une voiture conduite par un étudiant, où s’installait sur le parcours assis sur une chaise. Il pouvait rester longtemps, ou simplement passer, dans le plus grand silence, la plus grande discrétion. L’on pouvait même ne pas le voir tout de suite, tant il était « dans l’air ». C’était toujours un bonheur intérieur ineffable, une réelle bénédiction pour tous ceux qui étaient là, coureurs, helpeurs, visiteurs… L’Arc-en-Ciel décrit par Utpal est apparu comme notre Maître spirituel dans cette incroyable course Self-Transcendance de 3100 miles.

Le 3100 Miles raconté au quotidien par Uptal
Autres histoires d’Arc-en-Ciel

Quand un aphorisme de Sri Chinmoy a sauvé le moral d’une personne

Vendredi 15 juillet 2011

 

bonbonaphorismenidishunblogfr.jpgbonbonaphorismenidishunblogfr.jpgbonbonaphorismenidishunblogfr.jpg

A l’occasion du 80e anniversaire de la naissance de Sri Chinmoy, nous distribuons à Montpellier des bonbons accompagnés d’un aphorisme. Ce 14 juillet j’en ai distribué 80. Chaque aphorisme est différent. Le projet est de distribuer dans la rue 800, voir 8000 bonbons avec 800 aphorismes différents.
Alors qu’il ne m’en restait que trois sur les quatre-vingts, une famille est passée et chacun des adultes en a pris un. Un des adultes était un monsieur d’environ 35ans, pas rasé depuis plusieurs jours. Il a pris dans le saladier dans lequel étaient les aphorismes « Les larmes d’échec ne peuvent jamais être permanentes. » Son réflexe a été de se dire à voix haute « Pas pour moi ! ». J’interviens en lui disant : « Nous en distribuons 800, tous sont différents. Celui que vous avez pris est pour vous ! » Le visage du monsieur s’est éclairé, un grand sourire s’est dessiné sur son visage, il a répondu : « Merci ! » Je lui ai répondu par un sourire confiant.

Pièces de monnaie sur le trottoir et Laxmi, la déesse de l’abondance

Mercredi 13 juillet 2011

laxmi1.jpg
Laxmi

Sri Chinmoy nous a raconté qu’une fois, sur le terrain de Aspiration Grund, le lieu où étaient centralisées beaucoup d’activités de notre voie spirituelle, là où maintenant son corps repose, il a aperçu une pièce de monnaie sur le sol. Il ne s’y est pas arrêté et a continué à marcher. Sitôt la pièce de monnaie passée de quelque pas, une crampe lui a pris la jambe. Il a fait le lien avec la pièce de monnaie et est revenu sur ses pas pour la ramasser. La crampe alors est partie.

Il nous a ensuite raconté que c’est la déesse Laxmi qui sème les pièces de monnaie sur notre chemin, en diverses occasions.
Sri Chinmoy conservait toutes les pièces dans un bocal.

J’ai été très heureux d’apprendre cela parce que moi aussi j’ai toujours ramassé les pièces de monnaie qui se trouvaient sur mon passage, et cela bien avant d’être dans la voie spirituelle de Sri Chinmoy ; cela vient sans doute d’une connaissance ancienne provenant d’une incarnation précédente, dont par ailleurs je n’ai aucun souvenir. Et tout comme lui le faisait, je gardais l’argent trouvé dans une boîte et ne le dépensais seulement quand j’étais particulièrement dans le besoin, pour une raison spirituelle. Une fois, comme cela, j’ai payé mon passeport pour aller à New York voir Sri Chinmoy.

Ramasser les pièces de monnaie, aussi petites soient-elles, voir aussi les billets, aussi gros soient-ils, met ou crée des situations particulières, souvent cocasses et parfois pleines d’enseignement pour soi ou les autres, et quoi qu’il en soit toujours riches d’occasions de faire preuve de Gratitude envers cette divinité.

laxminidishunblogfr.jpg

La bonne route

Une de ces fois-là, ça a été alors qu’un jeune disciple m’a demandé de jouer avec lui, sous sa direction, des poésies de Sri Chinmoy. C’était la première fois que l’on me sollicitait pour faire ce que j’aime bien. D’ordinaire c’était moi qui sollicitais les autres. Souvent en vain. Et je sais combien cela peut-être dur pour soi d’accuser les négations de manifester le Suprême alors que l’âme le réclame. Alors pour l’encourager dans son aspiration, j’ai accepté. Quand c’est moi qui sollicite une situation, je transcende mes difficultés à mon rythme et selon moi. Là, c’était selon l’autre alors que je souffre de mon manque de mémoire… et autres. J’avançais donc dans ce projet que l’on réalisait en deux jours uniquement pour arranger, et aussi parce que je sais combien c’est important de manifester Dieu.

Alors que je me rendais de chez moi au centre de méditation à Paris, pour jouer ces poésies, j’avançais avec de très grosses résistances mentales. Que je reconnaissais pour être lié à différentes formes de peur. J’étais presque à chaque pas prêt à faire demi-tour, à en pleurer. Mais reconnaissant les résistances, les enjeux je me résolus à ne plus écouter ces freins et avancer, avancer droit vers le but, vaille que vaille. C’est alors, que j’ai eu cette résolution, que j’ai trouvé au sol une pièce de monnaie, puis une autre, puis encore une autre et une autre encore, de 10 à 50 Ct d’euros, révélation de la confirmation de la Volonté divine que je sers ce projet. Je suis arrivé au Centre ; l’on a répété puis l’on a présenté les scènes devant un petit public de disciples. Cela s’est très bien passé. Tout le monde a été très heureux.

laxminidishunblogfrjpg.jpg

C’est à moi !

« La spiritualité est au-delà de la morale humaine »

Cette autre fois, l’action se passe à Montpellier. J’étais au Polygonne, un grand centre commercial en centre ville, je le traversais à un étage où il y a peu de monde et quelques bureaux. Je passais devant une assurance sans vitrine, avec des bureaux sur une estrade recouverte d’une moquette verte, quand je vois une pièce de 0,05 franc (0,01ct €) « posé » sur le bord de la moquette du côté du passage que j’empruntais. Au fond de l’espace il y a un bureau, je vois une jeune fille qui travaille là. Il n’y a pas une pièce que je ne ramasse pas et que je ne porte pas à mon cœur avec un sentiment de gratitude avant de la mettre dans la poche. J’ai donc mis un pied sur la moquette, j’ai ramassé la pièce et j’ai continué mon chemin. J’ai entendu à ce moment-là, la jeune fille « crier » derrière moi « C’est à moi ! » ; j’étais déjà plusieurs pas plus loin, et ne pensais pas qu’il était bon de me retourner. J’ai continué comme si de rien n’était, étonné de la démesure de la réaction. Plus tard dans l’après-midi, quand je revins sur mon chemin, j’ai repensé à la situation. J’ai vu la jeune fille, la jeune fille m’a vu. Elle est avec son patron, elle le tiraille en me désignant. Je souris au patron, empli de foi et de confiance en ce qui se passait ; j’ai continué mon chemin. Ce n’était que 5ct de franc (1ct €) ; c’était par contre un gros problème d’égoïsme et d’avidité qui se vidait.

laxminidishunblogfr1.jpg

Abnégation

J’étais à Paris, dans le métro, il y avait du monde, on n’était pas loin d’une heure de pointe. J’allais dans les couloirs quand une pensée m’a traversé : « Qu’est-ce que je ferais si une pièce était sur mon chemin ? » J’ai souri et ne me suis pas répondu. Peu de temps après, j’avais oublié la pensée et la réponse, je vois dans le couloir, à quelque pas de moi, juste devant moi, une pièce, je perçois une pièce de 20 ct d’euros, brillante. Je ne peux réfléchir, je me baisse et ramasse, il y avait du monde derrière moi, pas trop trop près. On me contourne. J’ai ramassé la pièce, tout c’est très bien passé. « Ouf ! » Je continue mon chemin. Je monte dans un métro. J’allais me questionner…« Ai-je bien fait…patatipatata ». Je restreints les doutes et me renvoie à ma foi. Le métro s’arrête à ma station. Les portes s’ouvrent. Je ne suis pas encore descendu, je vois à un mètre de moi sur le quai, une pièce de 20ct. Je souris, je me baisse et la ramasse. Je sens que quelqu’un est surpris derrière moi. Je continue droit devant, dans le flot de personnes, sans m’arrêter, sans me retourner. Je m’amuse de ce qui vient de se passer et me dis : « Bon, c’est bien pour aujourd’hui ! » avec un sentiment de complicité.

Equité

À la poste de Montpellier, il fréquent qu’un « mendiant-travailleur » ouvre la lourde porte au devant les clients qui entrent qui sortent du lieu. Geste et pratique que je connaissais pour l’avoir vu faire depuis longtemps dans les pays d’Afrique du Nord. Ce jour, j’entrevoyais le service rendu avec soulagement. En effet j’avais un problème au poignet et l’idée d’éviter la souffrance du tirage de la porte me réconfortait. En montant les escaliers, et en voyant la porte s’ouvrir devant moi, je me dis de donner 20ct au serviteur de tout le monde. Je me suis ensuite attaché à faire ce que j’avais à faire en pesage et envoi de courriers. Au moment de sortir, je regardais le contenu de mon porte-monnaie, une pensée pas très élevée me dit alors de donner 10ct, j’essayai d’estimer le prix du geste, etc… mais au bout du compte,  j’interrompais ces pensées stupides sans valeur en me disant : « Je lui donne 20ct, je n’ai pas à juger, c’est ce que je sens que je dois lui donner. Le reste ne m’appartient pas. » Je trouve la pièce dans mon porte-monnaie et me dirige vers la porte. Je vois à ce moment, au sol : 10 ct, une pièce dorée qui brille de tous ses éclats. Je souris, la ramasse, la porte sur mon cœur en signe de gratitude et la range dans une poche spéciale pour que la pièce aille ensuite, chez moi, dans une cagnotte réservée à ces pièces trouvées. La porte de la poste s’ouvre. Je remets les 20ct au portier.

© Témoignages de Nidish

Nidish : Deux manières d’écrire, l’une avec la tête, l’autre avec le cœur

Mercredi 13 juillet 2011

srichinmoypoet.jpeg
Sri Chinmoy auteur de milliers d’aphorismes…

Il y a deux manières d’écrire, une avec le mental et une autre avec le cœur.
Le mental maitrise, il veut contrôler notre vie et notre expression.
Le cœur a aussi une vie, son message doit être libéré des contraintes du mental.

Quand on écrit, l’on ne pense pas à cela. L’on peut savoir que l’on peut écrire de deux manières, l’une avec maîtrise, nous voulons dire ceci ou cela, faire bien, ou passer un message, le mental veut alors diriger la main et la plume. L’autre manière est de se relâcher, de faire confiance et ne pas chercher à maitriser quoi que ce soit, uniquement aimer l’encre qui circule du cœur vers la pointe de la plume, vers les doigts sur le clavier… être seulement positif avec soi-même et le moment sacré d’écriture.

En fait, c’est un jeu.
Les enfants jouent spontanément, sans se poser de question.
Alors, dans l’art-écriture ne pensons pas pour être, mais soyons, seulement, heureux d’être.



Cliquer sur ces liens si vous voulez :

Raconter une histoire vraie d’Arc-en-ciel
Jouer aux petits jeux d’écritures de Nidish

© Nidish

L’apologue de Nidish « Il était une fois, dans un petit village » sélectionné au jeu concours d’écriture de la SNCF

Jeudi 7 juillet 2011


Ce texte fait partie des 31 sélectionnés parmi les 5500 qui ont participé au jeu-concours d’écriture organisé par la SNCF pour l’anniversaire des 30 ans du TGV. J’ai été très heureux que mon texte ait plu, d’autant que le service communication organisateur m’a avoué avoir lu, relu et étudié tous les textes avant de les admettre dans leur sélection.
Je vous laisse découvrir cet apologue :

tgv1.jpg

Il était une fois, dans un petit village

Il était une fois, dans un petit village, un très vieux tracteur qui rêvait d’aller aussi vite que le TGV. Quand son propriétaire l’emmenait aux champs, il en voyait un filer comme une flèche. Il soupirait alors en continuant à pétarader.

L’agriculteur aussi rêvait de prendre le train à grande vitesse.

Un jour l’occasion se présenta à Monsieur Marcel, il fut récompensé par l’Étoile d’Or de la meilleure production de fromage de chèvre. On lui offrit le voyage pour aller à Paris.

Ainsi, son rêve fut exaucé.

Quand il revint dans son exploitation, la vente de ses fromages se multiplia. Il fit l’acquisition d’un nouveau tracteur.

Le pauvre vieux tracteur fut envoyé à la ferraille. On le démonta et on le fit fondre.

Sa vie de tracteur s’acheva… mais l’acier qui le composait continua à vivre.

Il devint la carrosserie d’un beau et flamboyant TGV.

Son rêve à lui aussi se réalisa.

Commentaire : L’espoir n’est jamais vain, prière intérieure, il est entendu ; il trouve aboutissement, mais pas toujours de la manière envisagé.

o o o

billpearletsrichinmoy.jpeg
Bill Pearl et Sri Chinmoy

Une opportunité

« Les opportunités sont spiritualités »
Sri Chinmoy

Après la cérémonie de remise des prix j’ai abordé Michèle Laroque, Marraine de l’évènement, pour lui offrir un petit cadeau composé de livres de Sri Chinmoy et d’une belle rose blanche. 

Un minuscule évènement dans la cérémonie qui se déroulait sur les quais de la gare de Lyon, à Paris, une fois les photographes partis ; elle restait alors sur la petite scène amovible avec d’autres personnalités. Je n’ai échangé que deux-trois mots, je ne suis que peu bavard. M’est apparu chez elle, mais je l’avais déjà deviné à lire son parcours, une profondeur réelle, avec un charisme particulier que je n’avais rencontré que chez Bill Pearl (cinq fois Monsieur Univers, une grande âme…). Je ne doute pas qu’elle sera sensible à la lecture du Maître indien…

© Nidish

Histoires vraies d’Arcs-en-ciel

Dimanche 3 juillet 2011

Mon Suprême, Mon Suprême, Mon Suprême.
De par Ta compassion infinie
Tu as bénie mon Cœur de gratitude
Avec Ton Sourire Arc en Ciel.
Mon Suprême, Mon Suprême, Mon Suprême.

Sri Chinmoy

arcencielnidishunblogfr.jpg

Sri Chinmoy nous a enseigné que le fait de voir un arc-en-ciel était significatif de progrès spirituels que nous réalisions. De mon point de vue, et de celui de mes amis, nous pouvons confirmer que nous avons vu des Arcs-en-Ciel fréquemment lorsque nous étions dans une avancée dans quelque chose d’intérieur ou dans la manifestation d’un évènement spirituel .

Accueil de la World Harmony Run en France

Cette histoire se déroule le jour de l’arrivée de la World Harmony Run en France, dans la région méditerranéenne, en 2008. Un ami m’avait rejoint et ensemble nous sommes partis en voiture d’un petit village de l’Hérault. C’était un grand évènement pour moi. Si j’ai participé activement aux premières Peace Run et aux premiers relais européens, en les organisant et en courant, cela faisait plusieurs années que je n’avais pu faire quoi que ce soit pour ce merveilleux relais. Intérieurement mon cœur débordait de ma poitrine, j’avais une joie rayonnante à rejoindre la course-relais.

Avec mon frère spirituel, dès que nous sommes sortis de Lamalou, nous nous sommes retrouvés comme il se doit sur la départementale qui rejoint Bedarieux. Mais là, quelle surprise sur cette route connue, verdoyante et bordée d’arbres, un très bel et doux arc-en-ciel la surplombait, avec un pied de l’arc de chaque côté de la route. Il était presque accessible si nous avancions vers lui, ce que nous faisions. Nous allions tous deux vers l’arc coloré, comme pour passer dessous.

C’était fantastique. Il était seulement à quelques dizaines de mètres, et il restait en place dans un rapport à nous joyeux ; il semblait aussi être un peu plus prêt, au fil de notre progression. Nous avancions comme pour passer en dessous ; nous étions sur le point de franchir la porte du Paradis, nous étions comblés.

L’un et l’autre savions ce que cet Arc-en-Ciel portait en bénédictions, et dans notre silence, notre attention allait à remercier intérieurement le Plus Haut de ce merveilleux témoignage encourageant.

Nidish

o o o o o o o

arcencielenespagnenidishunblogfr.jpg

Photo prise en Espagne en avril 2010 par Prabala, à son retour des Célébrations de l’anniversaire de la venue de Sri Chinmoy en occident, qui a  lieu à New York.

o o o o o o o

Aditya est un disciple de Sri Chinmoy de longue date, il a de l’ordre de trente années dans la voie. Très bon conférencier et musicien, il aurait pu être promu à un rang international en tant que musicien, mais il a préféré se modérer et mener une vie plus simple et se consacrer à la musique spirituelle de Sri Chinmoy. Aditya est allemand, au fil des années, il est venu quelquefois en France (Paris, Montpellier, Lyon…) donner des conférences et faire quelques suivis à la suite de ces conférences.

Il nous raconte une de ses interventions à Lyon :

Cinq arcs-en-ciel à Lyon

Lyon, connue pour être une ville « occultiste » nous a réservé beaucoup de surprises, certaines bonnes, d’autres intéressantes.

Après des conférences et des cours qui m’ont apporté des maux de tête, la bataille est devenue plus concrète avec deux accidents de voiture en fin de cycle : une attaque (accident) a atteint une voiture après une conférence, la disciple n’a rien eu ; une autre attaque (accident) a eu lieu avant un cours où devaient être présentées les règles de notre voie. Le choc par l’arrière a été assez violent, la disciple qui conduisait a été légèrement commotionnée. Nous avons cependant donné le cours sereinement et avons expliqué les règles.

Une partie de ce dernier cours de présentation a eu lieu alors que des rayons de soleil emplissaient la pièce. Auparavant, il avait beaucoup plu. Quand nous avons quitté le bâtiment, un double arc-en-ciel à 180° nous apportait ses bénédictions. Ce ne fut pas tout. Sur le chemin qui nous menait à la gare Part-Dieu, il y avait trois autres arcs-en-ciel, dans différentes directions, alors que l’on voyait toujours le premier double arc-en-ciel

De tels signes sont plus fréquents à Hawaï ! Ce fut un énorme don après toutes les difficultés endurées par notre petite équipe. Pour finir, huit chercheurs décidèrent à la fin de ce dernier cours d’introduction de rester avec nous.  Mon séjour en France se terminait.

Aditya
20/11/2000

o o o o o o o

Si vous avez des histoires vraies d’Arc-en-ciel, vous pouvez les mettre dans les commentaires, chacun sera heureux de les découvrir et de s’en inspirer…

D’autres histoires d’Arc-en-Ciel,
ci-dessous

 

 

(suite…)

« Bonjour » : une interjection, ou un souhait que l’autre passe une bonne journée ?

Samedi 2 juillet 2011

 

Bonjour, bonsoir, au revoir sont des fioritures sans sens si les mots sont dits mécaniquement. Dans différentes cultures, l’on n’utilise pas du tout ce genre de politesse, on n’établit pas moins des relations égales aux nôtres.

Si nous nous intéressons à étudier la valeur de ces mots, nous pouvons en découvrir leur richesse et en diffuser leur puissance. Quand nous disons “bonjour” nous souhaitons dans le même temps une “bonne journée” à la personne, et cela n’est pas rien dans notre contexte de vie éprouvant. Quand nous disons “au revoir” nous évoquons dans le même temps le revoir. Quand nous disons “Adieu” nous remettons à Dieu la personne. Tout cela n’est pas rien, ce n’est pas vide de sens. ; si à chaque fois que nous utilisons ces mots, nous y mettons de l’Amour, nous participons à l’établissement d’un monde meilleur, nous faisons avancer le monde vers ce que nous espérons tous, la Paix.

Du vivant physique de Sri Chinmoy, les disciples qui se voient fréquemment, au moins un week-end par mois, voir trois à cinq fois dans l’année, ne se disaient jamais “bonjour”, “bonsoir” seulement s’activaient dans le sens du moment, chacun continuait ses activités comme si l’autre avait toujours été là. Je puis vous assurer que c’est enrichissant de découvrir qu’en fait nous ne nous quittons jamais, au niveau de l’âme,  et que nous sommes toujours dans un mouvement.

Voir aussi un complément de réflexion Ici

©  Nidish

Présentation du Groupe vocal International de Paree qui chante les chants spirituels du Maître indien Sri Chinmoy

Mardi 28 juin 2011

 

pareesgroup.jpg

Le Groupe International de Paree est un chœur féminin a capella qui chante depuis plus de 20 ans les œuvres de Sri Chinmoy dans une atmosphère divine de pureté et de sérénité.

Ce groupe a été créé et constitué par Sri Chinmoy en 1987 ; les membres n’étaient alors que des enfants. Le groupe est dirigé par Paree Atkin qui vit à New York. Paree a été personnellement formée par Sri Chinmoy dans l’art du chant fervent. Sri Chinmoy composait souvent des chants (il est l’auteur de plus de 18 000 chants), quand l’occasion fréquente se présentait, il les apprenait aussitôt aux membres présents de ce groupe. De par cet apprentissage le groupe interprète les mélodies à l’unisson avec maîtrise, gaieté et dynamisme. Les moniales savent des milliers de chansons de Sri Chinmoy par cœur. Elles chantent toujours sans partitions sous les yeux, et méditent avant de chanter. Une fois, alors que la majorité des étudiants de Sri Chinmoy étaient aux Célébrations de Son anniversaire, Sri Chinmoy, qui fredonnait de ses chants bengalis, a eu un trou de mémoire. Il a demandé si quelqu’un (nous étions de l’ordre de 1800 étudiants) connaissait le chant entonné. Paree, dans le Silence et la douce Lumière dans laquelle nous baignions, a été la seule a répondre positivement.*

Lors de leurs répétitions les filles du groupe récitent des mantras qui éveillent leurs qualités de chanteuses. Le groupe, appelé aussi My Heart’s Morning Dews, est mouvant, il est composé d’un nombre très variable de choristes, ainsi le chœur est souvent intervenu dans le monde entier lors des concerts de Sri Chinmoy et maintenant au cours des concerts-festival mobiles Song of The Soul.

En contraste avec les autres groupes du festival Songs of the Soul, le chœur de sopranes chante sans instruments et avec peu ou pas du tout d’arrangements. Interprété par les groupes unissons, les chants de Sri Chinmoy ont la simplicité, le silence et des variations vocales qui rappellent quelquefois les chants grégoriens.

En 2000, le groupe de Paree a remporté un Record du Monde Guinness pour avoir chanté plus de 22 heures en continu.

* Témoignage de Nidish

Sri Chinmoy joue sur 75 pianos

Dimanche 22 août 2010

photodesrichinmoyparnidish.jpg

Cette photo a été prise à New York par Nidish, le 22 aout 2005. Ce jour là, à l’occasion de ses 75 ans, Sri Chinmoy a joué sur 75 pianos, deux mélodies, à chaque fois différentes. La première était la mélodie d’un chant connu, de sa composition, l’autre était une composition, non conventionnelle, qui lui était propre, très puissante par ce qu’elle touchait en nous ; ces interprétations ne laissaient jamais insensible ses auditeurs. 

Pour tous renseignements complémentaires sur Sri Chinmoy, un site : srichinmoy.fr

Nikolaï Valuev a dignement participé au programme « Lifting Up The World with a Oneness-Heart »

Vendredi 26 mars 2010

 

nicolayvaluevwwwnidishunblogfr.jpgNicolay Valuev, surnommé dans le monde de la boxe « Le géant russe » mesure 2,14 m et pèse autour de 140 kg. Il est né le 21 aout 1973 à Saint-Petersbourg. Il est consacré champion du monde poids lourds WBA le 17 décembre 2005 et à nouveau le 30 août 2008 après avoir perdu son titre durant 16 mois. Il conservera la ceinture des Champions du monde en lourds jusque novembre 2009. C’est ce personnage impressionnant qu’a soulevé Sri Chinmoy, à Paris, le 26 mars 2006.

nikolavaluevsourirewwwnidishunblogfr.jpg

J’étais présent à cet évènement, et j’avoue que j’ai été surpris par la douceur qui s’exprimait sur le visage du boxeur géant et par son éclatant sourire en présence de Sri Chinmoy. Le regard perçant, le garçon était d’un très grand calme, posé, présent à ce qui se passait.  Sri Chinmoy l’a soulevé lui tout seul et aussi avec sa compagne.

nikolavaluevavecsrichinmoywwwnidishunblogfr.jpg

Après le soulever, Sri Chinmoy lui a remis la médaille du programme « Lifting Up The World  with a Oneness-Heart » le boxeur le dépassait en taille de beaucoup.

12345...7