Archive de la catégorie ‘- Transformation’

Le suicide confronté à la carapace physique et à la vie de l’âme

Lundi 10 septembre 2012

poupe769esrusses.jpg
La poupée Russe et sa symbolique inconsciente de corps et de vies emboitées

En occident, l’on a complètement oublié l’existence de l’âme dans la carapace physique.

En Inde, les maîtres spirituels, les yogis avancés, comme en médecine ayurvédique, évoquent l’âme comme pas plus grosse qu’une goutte d’huile, à la droite du cœur physique, ce cœur spirituel que les artistes qui peignent le Christ montrent comme à l’origine d’une effluve de lumière. Sri Chinmoy la présente comme ayant une puissance phénoménale. Krishna la dit éternelle, indestructible.

Utiliser le mot « carapace », en parlant du corps physique, fait référence au côté solide de la vie. Ce corps, résistant, s’il réduit à l’échec de nombreuses tentatives de suicide, en raison de la violence avec laquelle on l’agresse, est souvent endommagé et condamné a rester avec une mobilité réduite, voir un handicape grave.

L’on peut constater par soi-même, à maintes occasions, que cette dure carapace, difficile à rompre, a une vie à l’intérieure : la profusion de pensées dans le mental, les pleurs et sanglots au fond du cœur, et plus profondément encore, la paix, la joie et la plénitude dont notre âme est la douce source.

Quand on écoute parler les personnes âgées, certaines expriment leur sentiment d’avoir 20 ans, ou d’être de jeunes enfants, intérieurement, mais extérieurement d’avoir une autre vie, limitée, défraichie. Dans ces moments, ces personnes distinguent leur âme (vie intérieure) de leur physique. (suite…)

« Révolution / Évolution », un chant de Sri Chinmoy pour le centenaire de la Révolution française, utile de nos jours

Dimanche 16 octobre 2011


Présentation du chant, du contexte, et parallèle avec notre époque :


liberteguidantlepeuple.jpg

Le 24 juin 1989, Sri Chinmoy est venu donner un concert de Paix à Paris, au Zenith. A cette occasion, aussi celle du centenaire de la Révolution française, il a écrit un chant significatif qui porte haut dans les Cieux la valeur de ce moment agité de l’histoire de notre pays : « Révolution / Évolution »; ses étudiants ont chanté le chant au cours du concert.

(suite…)

Transformer sa nature. Progresser. Changer de vie. Être sa nature véritable. Propos de Sri Chinmoy

Jeudi 15 septembre 2011


nuagescieltransformersanaturenidishunblogfr.jpg

Il n’est jamais trop tard pour transformer sa nature.

Une manière de transformer la nature humaine consiste à faire descendre la lumière divine, tout-illuminante, du Suprême en agrandissant le réceptacle de sa réceptivité.

Avant que la nature humaine ne soit transformée, elle est emplie de ténèbres. Ces ténèbres ne peuvent disparaître que si elles sont remplacées par la lumière. Aussi devons-nous faire descendre consciemment la lumière d’en-haut*, consciemment et de façon continue, puis élargir notre réceptivité. Plus celle-ci grandira, plus nous pourrons contenir de lumière.

Une autre manière de transformer la nature humaine consiste à voir la lumière divine en chaque être humain, et rien d’autre que cela.

Le simple fait de voir des aspects non-divins en nous et chez autrui nous empêche de transformer notre nature ou la nature humaine au sens large.

Mais si nous nous efforçons consciemment et constamment de voir uniquement la lumière divine – celle que nous faisons descendre d’en haut – chez les autres, indépendamment de leur manière d’être, de parler ou d’agir, la nature humaine se trouvera automatiquement transformée. Cette transformation sera rendue non seulement possible mais inévitable par le fait que nous voyons la lumière en chaque être et en notre propre nature.

Affrontez avec courage
Votre nature inférieure.
Votre nature supérieure
Est sur le point de vous rejoindre
Avec bonheur
Et, de plus, avec fierté.

© Extrait du livre de Sri Chinmoy “Le Voyage de l’Âme” paru aux Editions de la Flûte d’Or
© Photo Nidish

* Sri Chinmoy évoque ici la méditation

La Méditation, conférence donnée par Sri Chinmoy à l’Université de Brown

Lundi 11 janvier 2010

ckgbiopicsilh2.jpg
Sri Chinmoy
27 Aout 1931 – 11 Octobre 2007

La méditation est découverte de Dieu.
La méditation est maîtrise de soi.
La méditation est la lumineuse progression éternelle de l’homme.
La méditation est la félicité-Satisfaction infinie de Dieu en l’homme.

La méditation est destinée aux chercheurs de vérité.
La méditation est destinée aux amoureux de Dieu.
Les premiers sont bénis par l’œil transcendantal de la Vision de Dieu,
Les seconds sont étreints par le Cœur universel de l’Unité de Dieu.

Hier, le message de la méditation était :
« Réalise Dieu ».
Aujourd’hui il est :
« Réalise Dieu, puis manifeste-Le.
Demain il sera :
« Réalise Dieu, manifeste-Le, et enfin deviens un autre Dieu. »

Avant de méditer, je contrains mon mental raisonneur à disparaître.
Et je supplie mon Dieu aimant d’apparaître.
Après avoir médité, je m’octroie avec ferveur un nom nouveau :  gratitude.
Et Dieu, en Son infinie Bonté,
m’accorde la bénédiction d’un nom nouveau et fertile :
Satisfaction.

Chaque fois que je médite sur Dieu,
Il m’enseigne un nouveau chant de soumission de ma vie.
Chaque fois que Dieu médite sur moi,
Je Lui offre un nouveau chant de gratitude de mon cœur.

La terre médite pour la transformation de l’homme.
Le Ciel médite pour la Satisfaction de Dieu.
Je médite pour la perfection complète de ma nature.
Et Dieu médite pour la manifestation universelle
De Sa Conscience transcendantale et de Sa Vision transcendantale sur la terre.

Conférence donnée par Sri Chinmoy
Université Brown
Providence, Rhode Island.
5 mars 1989

© Extrait du 998ème livre de Sri Chinmoy « L’Offrande de Paix de mon cœur » constitué de 21 conférences données en 1989

La cage dorée, apologue de Nidish

Mercredi 23 décembre 2009

mesangebleue.jpg
Mésange bleue

 

La cage dorée
Un apologue de Nidish inspiré d’un conte de Marie France
et de la vie de Sri Aurobindo.

Une jeune fille, radiant l’infinitude beauté de la lumière du jour
Et le naturel scintillement des étoiles,
était enfermée dans une cage dorée,
suspendue à l’aide d’une corde dans les airs.
Ce sont ses parents, subjugués par la magnificence de leur fille,

qui l’avaient enfermée là et la gardaient, sous leur protection.
L’éclatante jeune fille ne reprochait rien à ses parents.
Elle s’était assise en lotus.
Entre les barreaux de sa cage,

L’enfant recevait la lumière du jour et les doux rayons du soleil.
Les parents furent flattés, ils pouvaient la contempler à loisir,
Lui parler comme ils le voulaient.

Mais au fil du temps, ils constatèrent que leur jeune fille ne jouait plus, ne riait ni ne bougeait.
Leur relation se réduisait de plus en plus. En eux un profond chagrin les tiraillait.
Le mari, poussé par les larmes cachées de son épouse,
Un jour ouvrit les portes dorées de la cage.
La jeune fille resta immobile.
Elle méditait. Méditait. Méditait.

Un doux sourire se distinguait sur ses lèvres.
Elle semblait nager dans la félicité.
Les parents, éblouis par la beauté radieuse de la fille, restaient muets.
Le halo éclatant de la grâce s’étendit magnifiquement,
Les barreaux dorés s’effacèrent dans le flux de lumière,
La prison disparut aux yeux du père et de la mère.
Immergés dans la douce félicité,
Ils vécurent heureux.
Depuis lors,
Ils rendent de nombreux services au monde entier.

 

© Apologue de Nidish
Photo de Laurence, voir son généreux site musical Ici

 

Les pensées positives, comment les trouver ? Comment arrêter le flux de pensées négatives ? Témoignage de Nidish

Samedi 12 décembre 2009

lafortdumentalwwwnidishunblogfr.jpg
La forêt du mental

Il y a environ 25 ans, j’ai pris conscience du harcèlement intérieur qu’exerçaient sur moi mes pensées. J’en était accablé, je ne savais comment endiguer leur flot. Leur négativité me brulait le cerveau, me le faisait éclater. Je voulais que cela change. Voir clair, voir positivement. J’en étais au point d’interroger d’autres personnes pour savoir comment cela se passait pour eux, comment ils géraient leurs pensées, leur monde intérieur. Mais, je crois que je n’ai jamais abordé le sujet car je me disais : « Qui peut avoir à ce point du recul sur lui-même et avoir suffisamment de connaissance des mécanismes intérieurs pour pouvoir les changer ? » J’étais démunis et souffrais ainsi depuis quelque semaines, mois peut-être.
Je m’occupais alors d’une Bibliothèque spécialisée dans les Médecines douces et la Spiritualité. Dans ce cadre je recevais des informations diverses. J’ai ainsi eu connaissance, par une plaquette, de sessions de « Pensées positives » organisées par la méthode Sylva. C’était un peu cher, mais je voulais que cela change. J’ai pris une inscription pour une formation qui se déroulait sur deux ou trois journées espacées dans le temps. Je suis allé à ces formations qui se déroulaient à Paris. Mais j’en suis ressorti déçu. Le contenu ne portaient pas du tout sur des techniques de pensées positives, mais sur des techniques de visualisation médiumnique, même si le mot n’a jamais été prononcé. Cela ne m’a pas intéressé, c’était à mille lieux de mes attentes. J’en restait là.
Avec le recul, maintenant je sais que c’était l’amorce de mon changement intérieur qui s’opérait. Si j’ai toujours voulu progresser, m’améliorer, je ne savais pas pour autant comment le changement d’une personne se réalisait. Maintenant je sais que c’est par un nettoyage, une purification. Et que lorsque l’on nettoie, toutes les cochonneries montent à la surface et nous apparaissent. Il en est ainsi pour les individus, il en est ainsi aussi pour le monde.

Cliquer pour

(suite…)

Quelques paroles sacrées du Bouddha sur la vie éternelle

Mardi 10 novembre 2009

buddhasmile.jpg
Buddha Smile

153
Longtemps j’ai erré dans le samsara, de naissance en renaissance,
Cherchant sans le trouver le bâtisseur de la maison.
Qu’il est douloureux, le cycle sans fin des réincarnations !
o
182
Renaître sous une forme humaine est difficile.
Difficile est de vivre une vie de mortel.
Rare est de pouvoir entendre la Bonne Loi,
Et rare est l’avènement d’un Bouddha.
o
238
Fais-toi une île.
Entre vite dans l’effort, deviens un sage !
Tes impuretés effacées, sans taches,
Tu n’auras plus à revenir
Pour naître à nouveau, et ensuite vieillir.
o
325
Quand il devient glouton, endormi,
Et qu’il gigote comme un pourceau nourri de grains,
L’homme stupide est voué de renaître sans fin.
o
341
Débordants, fougueux sont leurs plaisirs.
Mais tout ce que trouvent
Ces êtres rongés par la soif, aspirant au bonheur,
C’est à renaître et vieillir.
o
342
Ceux que la soif aiguillonne
Se débattent comme lièvres pris au piège.
Retenus par les chaînes et les entraves,
Ils sont voués à de longues souffrances, encore et encore et toujours.
o
348
Oublie le passé, le futur, le présent.
Fais la traversée jusqu’à l’autre rive de l’existence;
Une fois ta pensée pleinement libérée,
Tu n’auras plus à endurer
Ni renaissance, ni déchéance.
o
351
Pour celui qui est parvenu au but suprême
Et est défait de la peur, de la soif, des passions,
Les épines de la vie sont coupées.
Ce corps est le dernier qu’il porte.
o
423
Celui qui connaît ses vies antérieures,
Qui voit les cieux et les enfers,
Qui est arrivé au bout des renaissances,
Qui s’est perfectionné sans cesse,
Acquérant une connaissance supérieure,
Le sage devenu parfaitement accompli,
C’est lui que j’appelle un brahmane.
o
Source :
Le livre « Dhammapada »
« La Voie du Bouddha »
Version française de Le Dong
Editions du Seuil
o
Le « Dhammapada » est composé de quatre vingt-trois versets (pada) qui rapportent des paroles prononcées par le Bouddha en diverses circonstances au cours de ses quarante-cinq années de prédication, le Dhammapada se présente comme un exposé de la doctrine bouddhique : tel est le sens de Dhamma, qui signifie Loi, non celle des hommes, mais la Loi naturelle régissant l’ordre des choses, celle découverte par le Bouddha, en s’éveillant à l’ultime Vérité.

© Photo Kedar Centre Sri Chinmoy

Prière pour la Paix et poème pour la vie, de Mère Teresa

Vendredi 23 octobre 2009

 

mreteresa.jpg

Conduis-moi de la mort à la vie, du mensonge à la vérité.
Conduis-moi du désespoir à l’espoir, de la peur à la confiance.
Conduis-moi de la haine à l’amour, de la guerre à la paix,
Que la paix emplisse notre cœur, notre monde, notre univers !
Paix ! Paix ! Paix !

o o o

LA  VIE

La vie est une chance, saisis-la.
La vie est beauté, admire-la.
La vie est béatitude, savoure-la.
La vie est un rêve, fais-en une réalité.
La vie est un défi, fais-lui face.
La vie est un devoir, accomplis-le.
La vie est un jeu, joue-le.
La vie est précieuse, prends-en soin.
La vie est richesse, conserve-la.
La vie est amour, jouis-en.
La vie est un mystère, perce-le.
La vie est promesse, remplis-la.
La vie est tristesse, surmonte-la.
La vie est un hymne, chante-le.
La vie est un combat, accepte-le.
La vie est une tragédie, prends-la à bras-le-corps.
La vie est une aventure, ose-la.
La vie est bonheur, mérite-le.
La vie est la vie, défends-la.


Tous les articles sur Mère Teresa

 

Photo de FRANCO DANIEL

Se libérer de ses souffrances par la répétition d’un mantra

Vendredi 9 octobre 2009

ma20.jpg

L’homme devrait faire un effort  pour pratiquer une sâdhanâ, c’est à dire pour retourner dans sa vraie demeure. Si le mental n’est pas orienté de la sorte, il en résultera sottises, chagrins, souffrances. On dirait que le mental est obligé de chercher l’assouvissement de ses désirs, ce qui provoque des souffrances. Il est devenu incontrôlable, mais cette maladie peut être soignée par la répétition du Nom divin ou du mantra.

 

© Extraits du livre “L’Enseignement de Mâ Ananda Moyî” collection spiritualités vivantes Editions Albin Michel.

Voir aussi, sur ce même blog, le commentaire du livre, et la vidéo, en cliquant sur le lien, en bleu, ci-dessous : Spiritualité : Mâ Ananda Moyî

7 Citations de Sri Chinmoy : Si vous êtes sincère

Vendredi 25 septembre 2009

img4606.jpg
Sri Chinmoy

Si vous êtes réellement, sincèrement et de tout votre cœur en quête de la Vérité, je n’ai qu’un conseil à vous donner  : plongez au plus profond de vous-mêmes et essayer de découvrir votre propre divinité.

o o o

La méditation est indispensable pour ceux qui cherchent à mener une vie meilleure et plus comblante. Si vous vous sentez satisfait de ce que vous avez et de ce que vous êtes, il n’est pas du tout nécessaire que vous entriez dans le domaine de la méditation. Mais si vous sentez à l’intérieur de votre cœur un désert aride, je vous dirai que la méditation est la solution. La méditation vous apportera la joie intérieure et la paix de l’esprit.

o o o

Si vous voulez simplifier votre vie, la méditation est la réponse. Si vous voulez combler votre vie, la méditation est la réponse. Si vous voulez posséder la joie et l’offrir au monde entier, la méditation est la réponse.

o o o

Lorsque nous prions et méditons, nous entrons dans la racine de l’arbre de vie.
La racine de l’arbre de vie est Dieu, et ses branches sont tous les êtres humains.
Si l’on n’arrose pas la racine, comment nourrira-t-on les branches et les feuilles ?

o o o

 

Lorsque je prie et je médite je sens que je rayonne quelque chose que je viens de recevoir de Dieu : la paix, la lumière, la béatitude. C’est cela même dont mes collègues, mes amis, mes parents, mes proches ont désespérément besoin. Je médite dans un coin de la pièce, mais pendant ce temps-là j’offre intérieurement ce que je reçois d’en-haut. Si cela n’est pas une forme de service, alors qu’appelle-ton service ?

o o o

C’est une fausse croyance qui veut que la vie spirituelle soit une vie d’austérité et un lit d’épines. En aucun cas ! Nous émanons de la Béatitude, et c’est vers la Béatitude que nous nous en retournons, avec toute la joie spontanée de la vie.

o o o

Mon nom est bonheur, car au désir de paraitre bon a succédé en moi le désir de l’être.

o o o


© Textes et photo Centre Sri Chinmoy

12