Archive de la catégorie ‘- Unité’

« Tous les hommes sont des frères », une expérience extraordinaire répétée chaque années par plus de 10 000 personnes à Osaka, et plus encore au Japon et dans le monde

Mercredi 14 mars 2012

 

Panorama de la ville de Ōsaka effectué en 2006

Panorama de la ville de Ōsaka au Japon en 2006

« Que la joie qui nous appelle nous accueille en sa clarté Que s’éveille sous son aile l’allégresse et la beauté ; plus de haine sur la terre, que renaisse le bonheur ! Tous les hommes sont des frères quand la joie unit les cœurs. » texte de F. Schiller, mis en musique par Ludwig Van Beethoven, base de l’hymne européen, est chanté depuis trente ans par dix mille chanteurs amateurs à Osaka, la troisième ville du Japon. Les Japonais nomment cette expérience musicale collective la Daiku. Les répétitions débutent l’été et aboutissent en fin d’année par un prodigieux concert qui réunit dix milles chanteurs d’origines très diverses.

(suite…)

« Dieu écoute », bref, simple, un véritable conseil pour la pratique de la prière, de Sri Chinmoy

Dimanche 11 décembre 2011

 

Mains en prières d'une chanteuse du groupe Blue Flower


Dieu écoute.

       Parle simplement avec calme.

Dieu écoute.
    Parle simplement avec dévotion.

Crois-moi,
     Dieu n’est pas sourd à l’imploration de ton cœur
Et Il ne peut l’être.

 
Sa Perfection-Compassion
      A perçu le premier
Cri faible

Provenant de ton cœur-unité.

      Dieu écoute :
Parle simplement avec calme et dévotion.

 

© Sri Chinmoy

Texte extrait du livre Compassion
Paru aux Editions de la Flûte d’Or 

 

 

Le monde sort de son sommeil, c’est normal. Il retrouve sa route en titubant. C’est normal. Réflexion de Nidish

Samedi 6 août 2011

ashritameditating.jpg

Le monde sort difficilement de son lourd sommeil,
c’est normal.
Il a oublié sa route, et se remet à la chercher,
c’est normal.
La tâche est simple. Ne la compliquons pas.
C’est normal.

Cette imposante vague qui éveille et secoue le monde est un gros nettoyage de fond qui s’affirme, un changement de conscience qui s’opère, une nouvelle ère qui s’installe. Le monde râle de ces imperfections qui lui sautent aux yeux, son sens enfoui de la responsabilité est éprouvé.

Notre attachement nous créé des problèmes, notre désir de détenir toujours plus nous aveugle – à soi, que pour soi et encore plus, et encore, ce n’est pas assez – l’esprit serait plus léger s’il menait sa vie plus simplement, en étant moins centré sur la possession, mais plus sur Dieu et le service à autrui.

Le déséquilibre criant entre les plus fortunés et les plus pauvres, ici dans notre pays, est une forme de résultante exécutoire d’un non-savoir partager avec ceux qui sont loin, comme le fait de ce non partage avec les membres de notre famille, de notre cité ou de notre pays se répercutent dans cette impossibilité à équilibrer notre monde par un flux limpide des biens et capacités ; le microcosme et le macrocosme sont irrémédiablement liés.

Les frontières nous tarissent. Elles sont le produit de notre mental qui veut retenir à lui et uniquement à lui. Le cœur n’a pas ces frontières, l’eau a besoin de sortir de son lit pour irriguer les rives. On ne retient pas la Lumière. L’air non plus ne s’enferme pas, le ballon explose quand on veut trop le remplir, quand on veut le posséder gonflé au surplus ; l’air alors disparait et l’on perd tout, l’on reste avec une besace sans vie. 

Alors, si aujourd’hui l’on ne sait plus que faire tant l’œuvre à effectuer ici et là-bas est immense, « plus l’on repousse les problèmes, plus la tâche est lourde » nous dit l’adage, nous ne pouvons plus laisser passer le temps. « Mon temps s’écoule, mon temps s’écoule, où es-tu dernier jeu de ma vie ? » demande Sri Chinmoy. Notre devoir est de nous remettre dans l’action, de reprendre les choses une à une patiemment, avec confiance, sans panique : Rétablir notre connexion avec l’Esprit divin, et rendre le service naturel au monde qui se doit.

Redevenir Un dans le mouvement universel de l’eau de l’air, de la terre, du Cosmos, du Aum de l’Univers est notre ultime devoir.

« Le XXIe siècle sera spirituel… »
Malraux

« La destruction du monde est impossible »
Sri Chinmoy

« Tout est très très bien,
Car tout se passe selon Mon plan.
Sois parfaitement en paix !”

Eileen Caddy

© Nidish

 

Questions de journalistes à Sri Chinmoy sur les soulevés de poids, et ses soulevés de plus de 3 tonnes d’un bras

Vendredi 5 août 2011

srichinmoysoule768ve7063livresnidishunblogfr.jpg
Sri Chinmoy soulève 7063 livres (3203,72kg)

Question : Pourquoi pratiquez-vous la force athlétique ?

Sri Chinmoy : Je ne suis pas un haltérophile. Je suis un chercheur de Dieu et j’encourage chacun à méditer, à prier… J’espère seulement servir la lumière d’inspiration, montrer qu’avec la prière et la méditation il n’y a aucune limite à ce que nous pouvons accomplir… Sans ma vie de prière et de méditation, je suis sûr que je ne pourrais pas lever plus de 27 kilos.
En soulevant des poids, je souhaite inspirer d’autres personnes à extérioriser leur propre force intérieure. La force intérieure n’est pas mon monopole. Chacun en a. Elle doit seulement être extériorisée et utilisée à des fins positives et non destructives, car la force ne signifie pas agression. Elle signifie aller au-delà de soi-même et se vaincre soi-même.

Question :  Quels est précisément la relation entre votre recherche de paix et la force athlétique ?

Sri Chinmoy : Il existe un lien important entre ce que je fais aux États-Unis et ce que je fais lorsque je soulève des poids. En pratiquant la force, j’essaye de montrer que si l’on prie et l’on médite, on porte en avant sa force intérieure et la force intérieure n’est rien d’autre que la Paix. Aussi si quelqu’un est réellement fort intérieurement il est toujours en Paix. C’est uniquement à cause de l’insécurité que les individus et les nations se battent les uns contre les autres et essayent de montrer leur suprématie. Mais une fois que nous avons acquis de la force intérieure, nous nous sentons sécurisés, confiants. Notre insécurité disparait et nous obtenons une Paix durable… Quand notre mental est en Paix, quand la Paix inonde notre être tout entier, nous ne nous querellons plus avec les autres, nous ne parlons plus en mal d’eux… C’est ainsi que le monde vivra dans l’harmonie et le sentiment d’unité. La Paix est unité.

Question :  Que faites-vous avant de soulever une charge ?

Sri Chinmoy : Je me concentre le plus puissamment possible sur mes ressources intérieures et je médite sur la Force cosmique. J’essaye d’obtenir de la force universelle dans mon corps.

srichinmoygrosplansoule768veplusde3tonnesnidishunblogfr.jpg
Sri Chinmoy soulève le 27 nov. 924kg

Question : Ce doit être très difficile physiquement ? Est-ce douloureux ?

Sri Chinmoy : Non, ce n’est pas douloureux mais c’est une tâche immense et très épuisante. La force intérieure doit pouvoir venir en avant et le corps physique doit être prêt à recevoir la puissance qui vient de l’intérieur. Le corps physique doit être un instrument pur et parfait de l’esprit. Je soulève ces poids avec mon corps physique mais la force et la puissance viennent de l’intérieure… L’énergie n’a qu’une seule source et cette source est l’énergie spirituelle.

Question : Quelle différence y-a-t-il entre la force et la puissance ?

Sri Chinmoy : Il y a une grande différence entre la force et la puissance. La force prédomine dans le physique, avec le physique et pour le physique. La puissance est une performance intérieure. S’il y a une lutte acharnée entre la force et la puissance, la puissance gagnera toujours car la source de la puissance est infiniment plus grande que la force physique qu’aucun être humain ne pourra jamais avoir.


© Interview paru dans le mensuel « Le monde Inconnu » en 1987

 

Les 9 qualités d’un bon chanteur (dans un chœur de chants sacrés), nommées par Sri Chinmoy

Mardi 28 juin 2011

saraswati.jpg
Sarashvatî, la déesse des Arts, joue de la Vînâ

Consciousness / Conscience
Oneness / Unité
Sweetness / Douceur
Soulfulness / Ferveur
Confidence / Confiance
Perfection / Perfection
Cheerfulness / Gaité, Joie
Freshness / Fraîcheur
Gratitude / Gratitude

Sri Chinmoy a rajouté :
« Cheerfulness englobe à elle seule toutes les autres qualités. »

Voir l’article sur ce blog : « Le Groupe vocal International de Paree chante les chants spirituels du Maître indien Sri Chinmoy »

© Centre Sri Chinmoy. Merci de citer vos sources.

Invictus, poème préféré de Nelson Mandela, film de Clint Eastwood sur le Chef d’Etat de l’Afrique du Sud

Mardi 8 mars 2011


Poème de l’écrivain William Ernest Henley 

Out of the night that covers me,
Black as the pit from pole to pole,
I thank whatever gods may be
For my unconquerable soul.

In the fell clutch of circumstance
I have not winced nor cried aloud.
Under the bludgeonings of chance
My head is bloody, but unbowed.

Beyond this place of wrath and tears
Looms but the Horror of the shade,
And yet the menace of the years
Finds and shall find me unafraid.

It matters not how strait the gate,
How charged with punishments the scroll,
I am the master of my fate:
I am the captain of my soul.

Ce poème inspirera Mandela durant son incarcération à Robben Island ; il donnera le nom du poème au film réalisé par Clint Eastwood, sorti en 2009, disponible en DVD depuis le 5 janvier 2011.

invictus.jpg

 Ce film est une reconstitution convaincante de la première année à la présidence de l’Afrique du Sud de Nelson Mandela, il est alors le premier Président noir sorti des urnes, alors déjà Prix Nobel de la Paix depuis 1993. Cette consécration arrive après un rude parcours de 27 années d’emprisonnement, dont 18 à l’institution pénitentiaire de Robben Island, située dans une petite île où, au XXème siècle, l’on enfermait les opposants à l’apartheid et les contraignait à des travaux forcés. Le poème de William Ernest Henley est pour Nelson Mandela, dans ce contexte, d’un soutient profond ; il le récite et l’enseigne à des codétenus pour maintenir leur moral.

Invictus, un film américain, de Clint Eastwood, présente l‘Afrique du sud en 1995, profondément divisée entre blancs et noirs alors que la Coupe du Monde de rugby allait se dérouler sur le territoire ; Nelson Mandela a le sentiment que le rugby, sport national des blancs, à l’occasion de cette coupe du monde peut abattre les différences raciales entre les individus et faire émerger du fond du cœur de chacun une unité nationale, pour cela il a foi en la force de son aspiration et dépasse tous les préjugés.
Morgan Freeman,  qui joue le rôle de Mandela, a été nominé aux Oscar « Meilleur acteur », tandis que le capitaine de l’équipe national de rugby, joué par Mart Damon,  a été primé meilleur second rôle.
Ce film est une biographie de ce moment où l’homme politique, profondément humanitaire, avance en synergie avec le capitaine de l’équipe de rugby qui doit croire en sa mission pour remonter son équipe, qui perd tous ses match amicaux, au plus haut sommet de la rencontre internationale.  Le défi est à relever, Mandela  transmettra en main propre
au capitaine le poème en même temps que la force de son espérance. Le film replace au premier plan les valeurs élevées d’unité nationale, d’abolition des clichés discriminatoires et révèle les valeurs élevées de Mandela en les hommes et montre son action empli de Paix et de non violence ; le film, distrayant, et sans heurts autres que ceux des chocs des rugbymans sur le terrain, peut être vu par tous les membres de la famille, avec grand bénéfice.  

o o o o o o o

Si le film ne le rapporte pas, nous pouvons tout de même rappeler que cette année là, Mandela a offert à tous les jeunes africains un ballon. L’association humanitaire « The Oneness-Heart-Tears and Smile », créée par Sri Chinmoy, a participé à cette action en faisant parvenir des ballons à l’association de Nelson Mandela.

srichinmoyetmandela.jpg
Sri Chinmoy et Nelson Mandela

Sri Chinmoy lui a écrit ces louanges :

« Nelson Mandela, vous avez souffert la torture suprême.
Vous êtes le sourire du plus-haut des Cieux
et le rêve de consolation de la terre.
Votre cœur a gagné le choix d’admiration du monde.
Au-dedans comme au-dehors, vous êtes la voix parfaite de la justice. »

o o o

« Non seulement l’Afrique du Sud, mais toute l’humanité
était enchaînée par l’apartheid.
Non seulement l’Afrique du Sud, mais toute l’humanité
se réveilla pour lutter pour la liberté.
Non seulement l’Afrique du Sud, mais toute l’humanité
gagna le combat pour la liberté. »

 

Le parcours asiatique de la World Harmony Run rejoint le parcours européen à Moscou

Jeudi 11 février 2010

 

eurasiaroute2010.jpg

 

Parti le 24 février 2010 de Hiroshima, le flambeau de la World Harmony Run qui traverse l’Asie rejoindra à Moscou, le 27 septembre, le flambeau Européen parti sept mois plus tôt, le 25 février, de Dublin. Un troisième flambeau partira de l’intérieur de la Russie, le 23 aout, de Zlatoust et rejoindra les deux autres Flambeau dans la capitale Russe.

 

http://www.worldharmonyrun.org/japan/patronage/2010

Le don de soi, source du bonheur et de la joie, courts textes de Sri Chinmoy

Mardi 5 janvier 2010

drawingsofhopefromczechrepublic.jpeg
Dessin d’enfant de la République Tchèque : Espoir

Nulle célébrité ne peut valoir à l’homme un bonheur permanent. C’est dans un inlassable don de soi que réside le vrai bonheur.

Comment trouver le bonheur dans la vie ?
On ne peut être heureux que lorsqu’on donne aux autres, à son « soi » plus vaste qu’est l’humanité. S’unir à l’humanité, partager sa réalité avec autrui est la seule chose qui donne de la joie. Lorsqu’on est humble, que l’on devient pareil à l’arbre qui se courbe pour offrir ses fruits, on connaît la satisfaction et l’on est en mesure de donner satisfaction à l’humanité.

Un instant de don de soi
Peut venir à bout de chagrins
Accumulés au fil des ans.

 

© Extrait de « Un jour Nouveau » un livre de Sri Chinmoy paru aux Editions Sri Chinmoy ; si l’édition du livre a été épuisée « Le jour de l’Âme », du même Auteur, est réalisé de la même manière ; Les Editions la Flûte d’or le diffuse.
© Dessin d’enfant de la République Tchèque par le Centre Sri Chinmoy sur le thème de l’Espoir

LE PSYCHISME HUMAIN SON FONCTIONNEMENT INTERNE : 6 Le cœur spirituel (Que le Christ montre au mileu de sa poitrine sur certaines effigies)

Mercredi 16 décembre 2009

Vous retrouverez l’ensemble des huit articles qui concernent : le corps, le vital, le mental et l’âme Ici ; il est préférable de commencer la lecture méthodiquement, en commençant par le texte présentant le corps. Chaque article est court, dense et complémentaire aux autres. Le premier article est le plus ancien, il est en premier, en partant du bas. L’ensemble forme le texte intégral.

earlycentresmiling150k2.jpeg

 

6 ème extrait : Le cœur spirituel

Bien supérieur au mental est le cœur. Alors que celui-ci sait comment se fondre à la dimension la plus haute, la plus lointaine, la plus profonde, le mental ne s’identifie qu’à un domaine limité, et encore cette assimilation n’est pas totale. Là où le mental observe avec hésitation, voire avec suspicion, le cœur s’identifie grâce à son amour et à son unité. Là où le mental complique, le cœur unifie. Là où il tire un plaisir inconscient de ce qui est complexe et confus, le cœur n’aime que ce qui est simple.

S’il est vrai que la lumière et la conscience de l’âme imprègnent le corps tout entier, il n’en existe pas moins un emplacement spécifique où elle demeure la plupart du temps : le cœur. Je ne me réfère évidemment pas ici au cœur émotionnel -en réalité le vital-, mais au véritable cœur spirituel.

Le cœur est supérieur au mental dans la mesure où il s’identifie à la lumière de l’âme, tâche extrêmement ardue pour le mental. Toutefois, le mental est lui-même supérieur au vital, en cela qu’il cherche, consciemment on non, la vérité et la lumière. Le vital, lui, n’a que faire de ces vertus suprêmes. Il ne s’en accommode que dans la mesure où elles peuvent le satisfaire à sa manière impure.

Mais tandis que le vital supporte encore une petite quantité de lumière, le physique ordinaire la refuse tout à fait. Il ne demande qu’une chose : demeurer durant des millénaires à un stade absolu d’imperfection et d’incomplétude.
Le mental, le cœur et l’âme peuvent être comparés à trois chambre. La chambre du mental n’a que l’obscurité à proposer. Tout y est malsain, sombre et impur. Ici loge le mental sans aspiration, qui doute, suspecte, le mental sophistiqué.

Celui qui entre dans la chambre du cœur éprouve une sensation apaisante. Tout y est empli d’espoir, de joie et d’énergie. Où que l’on regarde, on ne voit que bonheur. On y est encouragé, séduit et inspiré.

Prochain extrait et suite de celui-ci : L’Âme

Vous pouvez vous procurer le livre
“La Lumière de L’au-delà”
Paru aux Editions Sri Chinmoy
Diffusé par les Editions de La Flûte d’Or.

 

Le chercheur véritable de la Suprême Vérité, un texte de Sri Chinmoy

Jeudi 29 octobre 2009

curderoserougewwwnidishunblogfr.jpg
« Cœur en fleur »

Le chercheur Véritable

Le chercheur véritable ne se plaint pas, car il sait que ses plaintes sont semblables à des flétrissures, à des taches dans le Cœur de son Bien-Aimé Suprême. Le chercheur véritable est celui qui ne critique pas le monde qui l’entoure, car il sait que ses critiques sont des flétrissures dans le Cœur de son Bien-Aimé Suprême. Le chercheur véritable veut un monde de perfection. Et il ne le trouvera que grâce à son unité, à son unité ultime avec le monde en lui, et avec le monde autour de lui. Chaque fois qu’il se plaint, chaque fois qu’il critique, il faillit à sa mission. N’était-ce pas sa promesse, lorsqu’il se trouvait dans le monde de l’âme, que de servir l’humanité aspirante ? C’était la promesse solennelle qu’il fît au Suprême, au Pilote Absolu. Ce n’est ni par la critique, ni en se plaignant, qu’il parviendra à installer la paix et l’harmonie dans le monde. C’est par l’acceptation de la réalité terrestre en tant que telle. C’est par un don de soi constant, qui s’épanouit ultimement en un devenir Dieu. Le don de soi d’aujourd’hui est le devenir Dieu de demain.


© « Le Chercheur véritable »
2/7/75 NY Centre Sri Chinmoy
© Photo Nidish « Cœur en fleur »

1234