Archive de la catégorie ‘- Universel’

Le monde sort de son sommeil, c’est normal. Il retrouve sa route en titubant. C’est normal. Réflexion de Nidish

Samedi 6 août 2011

ashritameditating.jpg

Le monde sort difficilement de son lourd sommeil,
c’est normal.
Il a oublié sa route, et se remet à la chercher,
c’est normal.
La tâche est simple. Ne la compliquons pas.
C’est normal.

Cette imposante vague qui éveille et secoue le monde est un gros nettoyage de fond qui s’affirme, un changement de conscience qui s’opère, une nouvelle ère qui s’installe. Le monde râle de ces imperfections qui lui sautent aux yeux, son sens enfoui de la responsabilité est éprouvé.

Notre attachement nous créé des problèmes, notre désir de détenir toujours plus nous aveugle – à soi, que pour soi et encore plus, et encore, ce n’est pas assez – l’esprit serait plus léger s’il menait sa vie plus simplement, en étant moins centré sur la possession, mais plus sur Dieu et le service à autrui.

Le déséquilibre criant entre les plus fortunés et les plus pauvres, ici dans notre pays, est une forme de résultante exécutoire d’un non-savoir partager avec ceux qui sont loin, comme le fait de ce non partage avec les membres de notre famille, de notre cité ou de notre pays se répercutent dans cette impossibilité à équilibrer notre monde par un flux limpide des biens et capacités ; le microcosme et le macrocosme sont irrémédiablement liés.

Les frontières nous tarissent. Elles sont le produit de notre mental qui veut retenir à lui et uniquement à lui. Le cœur n’a pas ces frontières, l’eau a besoin de sortir de son lit pour irriguer les rives. On ne retient pas la Lumière. L’air non plus ne s’enferme pas, le ballon explose quand on veut trop le remplir, quand on veut le posséder gonflé au surplus ; l’air alors disparait et l’on perd tout, l’on reste avec une besace sans vie. 

Alors, si aujourd’hui l’on ne sait plus que faire tant l’œuvre à effectuer ici et là-bas est immense, « plus l’on repousse les problèmes, plus la tâche est lourde » nous dit l’adage, nous ne pouvons plus laisser passer le temps. « Mon temps s’écoule, mon temps s’écoule, où es-tu dernier jeu de ma vie ? » demande Sri Chinmoy. Notre devoir est de nous remettre dans l’action, de reprendre les choses une à une patiemment, avec confiance, sans panique : Rétablir notre connexion avec l’Esprit divin, et rendre le service naturel au monde qui se doit.

Redevenir Un dans le mouvement universel de l’eau de l’air, de la terre, du Cosmos, du Aum de l’Univers est notre ultime devoir.

« Le XXIe siècle sera spirituel… »
Malraux

« La destruction du monde est impossible »
Sri Chinmoy

« Tout est très très bien,
Car tout se passe selon Mon plan.
Sois parfaitement en paix !”

Eileen Caddy

© Nidish

 

Résonnance « L’homme universel », une petite histoire symbole et un aphorisme

Vendredi 5 août 2011

cartedumonde.jpg

« La Paix du monde commence en nous. »
Sri Chinmoy

o o o

Il était une fois un père qui essayait de lire son journal tandis que son fils ne cessait de le déranger. Lassé, le père eut une idée, il prit une page de son journal où était représentée une carte de la géographie du monde, puis il la déchiqueta et étala les morceaux devant son petit fils :

« Regarde mon enfant, j’ai un travail pour toi ; voici la carte du monde en petits morceaux, montre moi si tu peux rétablir le monde comme il l’était auparavant. » Le père, rassuré que son astuce occupe son fils toute la journée, revient à la lecture de son journal. Mais au bout d’un quart d’heure, l’enfant retourna auprès de son père en ayant réalisé le travail demandé, c’est à dire en ayant réorganisé la carte du monde.

Le père désabusé s’exclame : « Est-ce que ta mère t’a appris la géographie ?! »

L’enfant serein répond : « Je ne comprends pas ce dont tu parles, il y avait sur l’autre face du papier que tu m’as donné le portrait d’un homme et quand j’ai reconstruit la silhouette de cet homme, j’ai reconstruit le Monde »

Réécriture de la traduction d’un texte de Paulo Coelho

o o o

« Toutes les émotions qui passent en nous
Sont aussi des vibrations
Qui se déposent quelque part. »

Nidish

o o o

Ceci est la remise en forme d’une histoire écrite de Paulo Coelho trouvée sur un blog du net, traduite par Google.
Cette réécriture de la traduction faite par moi conserve l’esprit de l’auteur que je ne connais pas. Cette réécriture de la traduction de Google est interdite de reproduction sous cette forme. Je renvois chacun à l’œuvre originale ; ce qui m’importe, ici, c’est le magnifique message qu’a transmis Paulo Coelho à travers cette originale idée.

Méditation sur le cœur, notre nature universelle : Exercice pratique

Dimanche 20 décembre 2009

« Nous sommes comparables à de petites gouttes. La petite goutte pénètre dans l’océan et devient l’étendue infinie, l’océan infini, elle fait partie intégrante de l’océan. De même, nous sommes tous des êtres finis, mais lorsque nous offrons avec amour, dévotion, et sans conditions notre existence limitée à notre Seigneur Suprème, Lui, dans Sa Bonté Infinie, nous unit inséparablement à Son Existence Infinie. » Sri Chinmoy 23/11/1993 Bratislava, en Slovaquie.


mditerwwwnidishunblogfr.jpg

Méditer, c’est se relier à l’Univers en nous

 

Au préalable de cette pratique, si vous n’avez jamais médité, vous pouvez lire l’article « commencer à méditer » Ici

Il y a une autre manière, très efficace, mais peut-être un peu difficile. Au début, sentez que vous n’avez pas de bras, ni d’yeux, ni d’oreilles ; vous n’avez plus rien d’autre que le cœur. Ce cœur n’a pas besoin d’être au milieu de votre poitrine ; il peut être dans votre front, ou n’importe où. Vous devez simplement sentir que vous avez un cœur et que vous êtes le cœur. Puis au début d’un certain temps, localisez le cœur. Comment le localiserez-vous ? Votre conscience vous dira que le cœur se trouve ici plutôt que là. La science médicale dira immédiatement que c’est faux, que le cœur ne peut être qu’à un seul endroit dans la poitrine. Mais pour les personnes spirituelles, le cœur peut être n’importe où, parce que le cœur spirituel signifie l’endroit où se trouve la lumière. Si le Divin en vous, le Suprême en vous désire vous montrer la présence de la lumière à travers le 3ème œil, qui est puissance et lumière infinies, alors Il vous dira que le cœur se trouve à cet endroit. Aussi, pour vous, le troisième œil sera l’endroit où se trouve la lumière. Cela signifie que le Suprême en vous désire aller à cet endroit et y rester.
Lorsque vous commencez votre voyage, vous devez sentit que vous avez le cœur et que vous êtes le cœur. Puis, au bout d’un certain temps, votre conscience vous dira où se trouve le cœur. A ce moment là, vous vous concentrerez sur cet endroit et vous sentirez que c’est le seul endroit possible où vous pourrez sentir ou devenir le cœur. Le cœur signifie la lumière et la lumière signifie la puissance. Plus vous avez de lumière, plus vous avez de puissance. Dieu est Lumière. C’est pourquoi, Il rayonne partout, c’est pourquoi Il est tout-puissant. La lumière et la puissance ne peuvent être séparées. Ici nous voyons une lampe électrique, et l’endroit où elle est branchée. nous pouvons les séparer. Mais dans la vie spirituelle, nous ne pouvons pas séparer la lumière de la puissance. La Lumière même est puissance. Et qu’est ce que la lumière ? L’unité universelle.

© Exercice de Sri Chinmoy – Centre Sri Chinmoy Paris
© Dessin Association Corps en Harmonie – Nidish

Tous les articles sur la méditation sur ce blog : Ici

« Méditez avec le plus grand enthousiasme si vous voulez faire les progrès les plus rapides
dans votre cœur d’aspiration et dans votre vie de consécration. »

Sri Chinmoy

 

Un Mantra de Sri Chinmoy

Vendredi 25 septembre 2009

 

sunabincentresrichinmoyfleursibrie.jpg

 

 

J’AIM

 

 

TOUT LE MONDE.

 

 

© Photo Sunabin – Centre Sri Chinmoy Sibérie

Aphorisme – Pensée du jour, de Sri Chinmoy

Mardi 27 mai 2008

soulbird.jpg

 

Soyez universel dans votre amour.
Vous verrez l’univers
Comme l’image de votre propre être.

 

 Copyright © Centre Sri Chinmoy