Archive de la catégorie ‘Vidéos : Films’

La nuit du prophète film biographique sur Padre Pio avec sous-titres en français

Mardi 1 novembre 2011


En ce jour de Toussaint, fête de l’église catholique romaine, nous vous proposons le film « Padre Pio : La nuit du prophète » de Carlo Carlei, le scénario a eu pour base l’enquête d’un journaliste. Le film a été produit par MEDIATRADE (RAI TV), en 2000. Dans le rôle principal nous trouvons Sergio Castellito.

Padre Pio (Pie) est le nom donné au moine capucin né Francesco Forgione, le 25 mai 1887 à Pietrelcina, province de Bénévent, en Campanie (Italie), mort le 23 septembre 1968 à San Giovanni Rotondo (Italie). Il est connu pour être l’un des rares individus stigmatisés. Il a été canonisé par l’Église catholique romaine en 2002 sous le nom de Saint Pio de Pietrelcina.

cliquez sur ce lien pour visionner la vidéo


Durée : 1H21

cliquez sur ce lien pour visionner la vidéo


Durée : 1H21

Ce film est très instructif, il nous rappelle qu’il nous faut être juste dans notre relation à Dieu, au monde, aux envoyés et travailleurs de Dieu, qu’il est adéquate de sourire, même dans l’épreuve, qu’il est difficile d’être intègre et divin, même quand on a fait le choix de l’engagement, mais que cela fait parti du chemin et de la purification obligée (cela mal compris de l’extérieur fait fuir bien des novices), mais le film est aussi très spirituel : l’on vit à travers le Père capucin les périodes de doute, de peur, de foi, et son côté médiumnique qui parle au-delà de lui. C’est un film fort, très fort, décapant, mais attention… la spiritualité ne peut être réduit à un parcours, aussi riche et intense que fut celui de Padre Pio. Il y a des parcours moins torturés, même s’il n’y a aucun chemin qui soit sans épreuves. La vie spirituelle c’est aussi, la Lumière de ses prières et méditations, la joie émerveillée à vivre et à rencontrer l’autre, la paix céleste trouvée dans le Cœur de Celui que l’on a choisi comme Chemin et comme But, ici, pour Padre Pio, le Seigneur Jésus Christ.

© Nidish

L’histoire vraie de Saint Vincent de Paul : « Monsieur Vincent », un film de Maurice Cloche sorti en 1947

Mercredi 12 octobre 2011

 

cliquez sur ce lien pour visionner la vidéo


Durée : 1H13 : Ce film, entier, en français, est sous-titré en espagnol.

Ce film de Maurice Cloche, sorti en salles en France le 5 novembre 1947, raconte l’histoire vraie de Vincent de Paul, né au village de Pouy près de Dax le 24 avril 1581, et décédé le 27 septembre 1660 au Prieuré de St Lazare à Paris.

Le film, en noir et blanc, commence en 1617, au moment où le prêtre Vincent de Paul arrive pour prendre son poste dans la commune de Châtillon touchée par la peste. Interprété par Pierre Freinet qui a obtenu le grand Prix de la meilleure interprétation masculine de la biennale de Venise, on verra le prêtre en quête d’un service toujours plus grand envers les plus pauvres, qu’il définit comme ses maîtres. A cette époque faste de la France pour la classe royale qui en est à son apogée et pour le milieu artistique qui rayonne eu Europe, le prêtre rencontre la misère des plus pauvres et en s’en approchant de plus en plus, la découvre profonde, touchant les êtres à tous les niveaux de leur existence. Il n’hésite pas à partager son réduit où il loge avec un miséreux de passage, ou encore son pain avec ceux qui ont faim. Dans son sacerdoce il se fera aider par les plus riches et plus importantes dames du moment. Lui fait vœu de ne garder pour lui, ni pouvoir, ni argent, mais toujours être au service.

Le film a été plusieurs fois primé :
1948 : Oscar du meilleur film en langue étrangère, Prix du meilleur film décerné par la presse cinématographique belge,
1949 : Oscar d’Honneur, Nomination au BAFTA Awards,
1950 : Nomination au Golden Globes du meilleur film international

« La passion de Jeanne-d’Arc » (1928), un film muet grandiose accompagné d’intertitres en français et sous-titres en anglais

Vendredi 7 octobre 2011

cliquez sur ce lien pour visionner la vidéo


Durée : 1H21

Film muet, en noir et blanc, de Carl Theodor Dreyer, tourné en 1928. L’actrice principale, Renée Falconetti, n’a pas les 18 ans de Jeanne d’Arc, mais joue à merveille le rôle. Les prises de vue sont d’une grande efficacité, les gros plans, le jeu des acteurs, la mise en scène devant la caméra compensent le son manquant des mots. Les intertitres reprennent avec précisions des paroles de la Sainte rapportées par les minutes du tribunal.

La notion de temps n’est pas marquée, le procès de Jeanne d’Arc a duré près d’un trimestre, ici le découpage temporel n’apparaît pas. La force du film tient au tournage en noir et blanc, renforcé par une image cerclée d’une zone d’ombre, qui supprime les fioritures alors même que le cadre austère et froid des lieux déjà installe le climat du jugement. La combinaison des gros plans répétés sur tous les personnages, sur les jeux de regards, les mouvements de gorges, de lèvres, d’yeux transmettent les émotions saisies, sensibles, du réalisateur au spectateur attentif qui reste éveillé à la vérité du moment. La profondeur du jeu de l’actrice et l’intensité saisie par ces simples cadrages sur son visage, alternées par les intertitres aux messages simples et porteurs de sens élève l’intérêt à une dimension spirituelle qui, sans cela, aurait probablement donné un film fade et ennuyeux. Ce film qui révèle la foi de Jeanne d’Arc est un chef d’œuvre d’inspiration que l’on regarde pour aimer encore plus Dieu, la vie et la sainteté.

Nous pourrons remarquer avec quelle ferveur l’actrice prend l’Ostie, ferveur que l’on peut ressentir dans la prise de l’Ostie quand on est chrétien, aussi dans la prise du Prashad, quand on est Hindouiste ; sans la ferveur il est difficile de ressentir la présence divine dans cette nourriture bénite.

© Nidish

“Et Siddhartha devient le Bouddha” joué au théâtre à New York, ici en vidéo, une pièce de Sri Chinmoy

Samedi 17 septembre 2011


siddharthadevintlebouddhapie768cedesrichinmoy.jpg

La troupe anglaise
Immortality Flame-Waves

En 1973, Sri Chinmoy a invité le Secrétaire Général des Nations Unies U Thant à présider la première représentation de sa nouvelle pièce de théâtre “Siddhartha devient le Bouddha” L’histoire relate la transformation du Prince Siddhartha en un grand Maître spirituel, le Seigneur Bouddha.… A la fin de la représentation, U Thant s’adressa à l’audience de manière très éloquente : “C’est un grand privilège de participer à cette expérience spirituellement si gratifiante. J’en suis extrêmement reconnaissant à notre estimé Maître, Sri Chinmoy qui a réalisé cette entreprise des plus innovantes… Je suis entièrement d’accord avec l’énonciation de Sri Chinmoy des aspects étiques et moraux du bouddhisme, qui à mon avis, devraient constituer pour chacun de nous la base de notre quête de la Lumière intérieure, de notre quête de Vérité…”

Depuis la pièce a aussi été jouée à Londres,
en juillet 2005, par la compagnie Immortality Flame-Waves, composée de disciples filles anglaises, et en France, à Paris, par la troupe Madal Théâtre composée de disciples garçons français, au Théâtre du Renard.

Ci-dessous, ce sont des disciples New Yorkais de Sri Chinmoy qui relatent l’histoire du Bouddha. La pièce est jouée au 45 Bleecker Street, dans un théâtre de Manhattan à New York. Vous trouverez sur ce blog deux passages du texte de la pièce écrite par Sri Chinmoy.

Les huit vidéos de la représentation ont une durée totale de 1h09mn.

Image de prévisualisation YouTube

Image de prévisualisation YouTube

 

 

(suite…)

« Le Reine Esther », un téléfilm en français visible entièrement pour la joie de tous

Dimanche 1 novembre 2009


C’est avec sagesse et foi que la nièce de Mardochée suivra son parcours insolite dans les imprévues de la vie qui la conduira à sa place sur le trône. La Reine Esther sauvera le peuple juif de la persécution du perfide vizir  qui complote aussi contre le roi de Perse. Très bien joué par les principaux acteurs, l’on rentre dans l’histoire et reste attentifs tout au long, tant le jeu est subtile et intense entre les manigances des uns, l’ignorance d’autres et la sincérité et la loyauté des croyants. Un très beau film.

Durée : 1H27
http://www.dailymotion.com/video/xbj8oj
http://www.dailymotion.com/video/xbj9tv
http://www.dailymotion.com/video/xbjb21
http://www.dailymotion.com/video/xbjbjh
http://www.dailymotion.com/video/xbjbox

 

L’Homme qui plantait des arbres : une nouvelle de Jean Giono

Jeudi 3 septembre 2009

http://www.dailymotion.com/video/x7xxud
[/gvhttp://www.dailymotion.com/video/x3e5ki
Durée totale des deux vidéos : 23mn


Philippe Noiret nous narre ce merveilleux conte philosophique de Jean Giono
les peintures sont de Frédéric Back

L’Homme qui plantait des arbres


« Quand on se souvenait que tout était sorti des mains et de l’âme de cet homme – sans moyens techniques – on comprenait que les hommes pourraient être aussi efficaces que Dieu dans d’autres domaines que la destruction. »

Le film, « L’homme qui plantait des arbres » est tiré d’une nouvelle de Jean Giono  écrite en 1953 ; elle a été adapté en film d’animation par Frédéric Back. Le texte a été narré par Philippe Noiret, tout d’abord pour Radio-Canada.
L’histoire raconte la vie d’un berger Provençal qui redonne vie à une terre aride en y semant des glands de chêne. « Elzéard Bouffier est un personnage inventé. Le but était de faire aimer l’arbre ou plus exactement faire aimer à planter des arbres (ce qui est depuis toujours une de mes idées les plus chères). Or si j’en juge par le résultat, le but a été atteint par ce personnage imaginaire. Le texte que vous avez lu dans Trees and Life a été traduit en Danois, Finlandais, Suédois, Norvégien, Anglais, Allemand, Russe, Tchécoslovaque, Hongrois, Espagnol, Italien, Yddisch, Polonais. J’ai donné mes droits gratuitement pour toutes les reproductions. Un américain est venu me voir dernièrement pour me demander l’autorisation de faire tirer ce texte à 100 000 exemplaires pour les répandre gratuitement en Amérique (ce que j’ai bien entendu accepté). L’Université de Zagreb en fait une traduction en yougoslave. C’est un de mes textes dont je suis le plus fier. Il ne me rapporte pas un centime et c’est pourquoi il accomplit ce pour quoi il a été écrit. » écrit Jean Giono.
Le film a été primé dans plus de 40 festivals dans le monde, dont celui de Cannes où il a reçu l’Oscar du meilleur film d’animation  en 1987 ; le film a inspiré la replantation de forêts, notamment en Provence. Frédéric Back qui a réalisé les peintures a, lui aussi, replanté une forêt au Canada  qu’il a dédié à Jean Giono et a continué à planter des arbres par la suite.
Jean Giono, écrivain et cinéaste, a grandi en Provence, on y retrouve dans le film certaines facettes dont la population, les paysages et la vie. Son rapport avec l’environnement, son passé, sa participation en tant qu’appellé durant la Première Guerre mondiale, ainsi que l’exode rural dont il a été témoin dans la Provence, l’on conduit à cette œuvre, et à d’autres œuvres humanistes et écologistes.

Vous retrouverez le texte intégral de Jean Giono, « L’homme qui plantait des arbres », sur :

http://home.infomaniak.ch/arboretum/pla.htm

Film spirituel, « Le Roi Salomon », une leçon pour la vie

Dimanche 1 février 2009


« Le roi Salomon » est sans doute un des films qui analyse le mieux le jeu divin dans la vie d’une personne, ici à travers le parcours du roi Salomon qui a éprouvé avec outrance la Parole de Dieu qu’il entendait. C’est une belle démonstration distrayante et touchante, qui ne manquera pas de remettre en question certains. Dieu est Pardon et compassion, mais quand on s’éloigne de trop de Sa guidance en répétant les erreurs, il use de Sa Justice, qui, pour les amoureux de Dieu, est aussi un geste d’Amour, car à travers ses coups de bâton, c’est aussi son Attention à notre évolution qui s’exprime. Voyons le film simplement :

1ère partie : 1H23

http://www.dailymotion.com/video/xc1f8y
http://www.dailymotion.com/video/xc1fq6
http://www.dailymotion.com/video/xc1gh3
http://www.dailymotion.com/video/xc1gqf
http://www.dailymotion.com/video/xc1he7

2ème partie : 1H24

http://www.dailymotion.com/video/xc1hn4
http://www.dailymotion.com/video/xc1hxn
http://www.dailymotion.com/video/xc1i8j
http://www.dailymotion.com/video/xc1ikn
http://www.dailymotion.com/video/xc1in2

« Jérémie », l’histoire d’un des prophètes majeurs de la Bible, voir le film entier, ici, sur le blog

Vendredi 17 octobre 2008


« L’histoire de Jérémie se situe au temps de l’exil des juifs en Perse. Ce châtiment est infligé au peuple qui a préféré servir des idoles plutôt que le vrai Dieu »
, nous dit la jaquette du film produit par Lube et Quinta Productions, et réalisé par Ermanno Olmi. Ce film fait partie d’une série de 10 téléfilms racontant la Bible par le biais des personnages qui en ont constitué la trame historique. Voir l’ensemble de ces films est inspirant, comme voir chacun d’entre eux. « Jérémie » est bien joué, et le parcours du prophète est, à bien des points, une véritable initiation spirituelle où le travail intérieur du détachement est des plus important. Je vous laisse découvrir :

Durée totale : 1H30

http://www.dailymotion.com/video/xbiw5
http://www.dailymotion.com/video/xbiw5t
http://www.dailymotion.com/video/xbiw5z
http://www.dailymotion.com/video/xbiw69
http://www.dailymotion.com/video/xbiwaj

Au Cinéma : Bernadette Soubirous, UN FILM de Jean Delanoy (1)

Vendredi 2 mai 2008

QUE VA-T-ON VOIR ?

- « BERNADETTE SOUBIROUS »!

- LA VIE DE LA SAINTE, EN FILM ! CHIC ALORS ! « 

Un film de Jean Delannoy, avec dans le rôle de Bernadette, Sydney Penny
Vidéo : 1h56mn

http://www.dailymotion.com/video/x40w0p

 

http://www.dailymotion.com/video/x4115g

http://www.dailymotion.com/video/x41b15

http://www.dailymotion.com/video/x41ret

Six vidéos, d’une durée chacune de :
18’32 + 19’39 + 19’58 + 19’37 + 19’43 + 18’13
Vous pouvez voir à la suite “La Passion de Bernadette »
du même réalisateur, avec les mêmes acteurs.
Vous en sortirez enrichis.

Cette projection et les articles attenants
vous sont offerts
pour célébrer

le 150ème anniversaire des apparitions de la Sainte Vierge Immaculée Conception,
à Lourdes, en 1858.

Pour voir tous les articles du blog Art, Littérature et Spiritualité,
réalisés sur Sainte Bernadette et les eaux de Lourdes, voir le lien :

# Sainte Bernadette, en bleu ci-dessous
Vous y trouverez la seconde partie du très beau film de
Jean Delannoy

La Passion de Bernadette, un film de Jean Delannoy

Vendredi 2 mai 2008

« La Passion de Bernadette » fait suite au film « Bernadette Soubirous »
que vous avez peut être vu
.
« La Passion de Bernadette » peut être vu indépendamment.
Durée totale de ces 6 épisodes : 1H50

Ces deux très beaux films de Jean Delannoy, sortis en 1989, sont très inspirants ; ils montrent avec justesse les qualités de vie d’une sainte dans sa relation au monde et à Dieu ; vous trouverez dans le rôle de Bernadette, Sydney Penny.

http://www.dailymotion.com/video/x52d1f
http://www.dailymotion.com/video/x54m2x
http://www.dailymotion.com/video/x55bku
http://www.dailymotion.com/video/x5586b
http://www.dailymotion.com/video/x55qd0
http://www.dailymotion.com/video/x55qdd

Cette projection et les articles attenants
vous sont offerts
pour célébrer

le 150ème anniversaire des apparitions de
la Sainte Vierge Immaculée Conception,

à Lourdes, en 1858.

 

Vous trouverez d’autres éléments sur la vie de Sainte Bernadette et les eaux de Lourdes en cliquant sur : # Sainte Bernadette