Archive de la catégorie ‘Vidéos : Environnement’

Désarmer son mental, se départir des idées préconçues que violence, agressivité et guerres sont incontournables grâce à de fabuleuses histoires d’hommes avec les animaux (tigres, lions, crocodiles, requins…)

Mercredi 26 octobre 2011


Article réalisé à l’occasion de la

Semaine du désarmement initiée par les Nations Unies
du 24 au 30 0ctobre

o o o

A travers ces témoignages vivants, de relations d’hommes avec les animaux que l’on s’est présenté comme les plus dangereux de la planète, nous voulons seulement témoigner que l’Amour et la Joie de vivre sont les solutions les plus efficaces pour résoudre tous les conflits.

o o o
Ci-dessous 5 vidéos-témoignages

 

(suite…)

Histoire d’Amour entre les hommes et leurs frères d’âmes, les animaux : Christian le lion

Mardi 10 novembre 2009

http://www.dailymotion.com/video/x7x98s
Durée : 4’43

En 1969, deux Australiens, John Rendall et Ace Berg ont vu un lionceau à vendre au département des animaux exotiques chez Harrods, à Londres, il était à l’étroit dans une petite cage. « Nous avons été choqués. Nous nous regardâmes les uns les autres et nous sommes dit que quelque chose devait être fait à son sujet. » Raconte dans un livre les deux amis. Aujourd’hui, cette pratique irrespectueuse de vendre des animaux exotiques n’a plus lieu. Ils ont décidé alors de le ramener avec eux. Pour ses exercices quotidiens, avec l’aimable autorisation du pasteur, le petit lion utilisait la pelouse autour de la chapelle de la Moravie. « Tout le monde aimait chrétian et il est devenu une figure populaire locale.«  Mais l’animal est devenu rapidement trop grand pour leur habitation. Il est passé de 35Livres quand il est arrivé à 185 livres un an plus tard. Ils entendent alors parler de l’histoire vécue de l’écologiste George Adamson et sa femme Joy, qui ont élevé un lionceau appelé Elsa au Kenya puis l’ont réintégré dans la nature.

Suite avec photo en cliquant sur « Lire la suite »

 

(suite…)

L’Homme qui plantait des arbres : une nouvelle de Jean Giono

Jeudi 3 septembre 2009

http://www.dailymotion.com/video/x7xxud
[/gvhttp://www.dailymotion.com/video/x3e5ki
Durée totale des deux vidéos : 23mn


Philippe Noiret nous narre ce merveilleux conte philosophique de Jean Giono
les peintures sont de Frédéric Back

L’Homme qui plantait des arbres


« Quand on se souvenait que tout était sorti des mains et de l’âme de cet homme – sans moyens techniques – on comprenait que les hommes pourraient être aussi efficaces que Dieu dans d’autres domaines que la destruction. »

Le film, « L’homme qui plantait des arbres » est tiré d’une nouvelle de Jean Giono  écrite en 1953 ; elle a été adapté en film d’animation par Frédéric Back. Le texte a été narré par Philippe Noiret, tout d’abord pour Radio-Canada.
L’histoire raconte la vie d’un berger Provençal qui redonne vie à une terre aride en y semant des glands de chêne. « Elzéard Bouffier est un personnage inventé. Le but était de faire aimer l’arbre ou plus exactement faire aimer à planter des arbres (ce qui est depuis toujours une de mes idées les plus chères). Or si j’en juge par le résultat, le but a été atteint par ce personnage imaginaire. Le texte que vous avez lu dans Trees and Life a été traduit en Danois, Finlandais, Suédois, Norvégien, Anglais, Allemand, Russe, Tchécoslovaque, Hongrois, Espagnol, Italien, Yddisch, Polonais. J’ai donné mes droits gratuitement pour toutes les reproductions. Un américain est venu me voir dernièrement pour me demander l’autorisation de faire tirer ce texte à 100 000 exemplaires pour les répandre gratuitement en Amérique (ce que j’ai bien entendu accepté). L’Université de Zagreb en fait une traduction en yougoslave. C’est un de mes textes dont je suis le plus fier. Il ne me rapporte pas un centime et c’est pourquoi il accomplit ce pour quoi il a été écrit. » écrit Jean Giono.
Le film a été primé dans plus de 40 festivals dans le monde, dont celui de Cannes où il a reçu l’Oscar du meilleur film d’animation  en 1987 ; le film a inspiré la replantation de forêts, notamment en Provence. Frédéric Back qui a réalisé les peintures a, lui aussi, replanté une forêt au Canada  qu’il a dédié à Jean Giono et a continué à planter des arbres par la suite.
Jean Giono, écrivain et cinéaste, a grandi en Provence, on y retrouve dans le film certaines facettes dont la population, les paysages et la vie. Son rapport avec l’environnement, son passé, sa participation en tant qu’appellé durant la Première Guerre mondiale, ainsi que l’exode rural dont il a été témoin dans la Provence, l’on conduit à cette œuvre, et à d’autres œuvres humanistes et écologistes.

Vous retrouverez le texte intégral de Jean Giono, « L’homme qui plantait des arbres », sur :

http://home.infomaniak.ch/arboretum/pla.htm

HOME, LE FILM DE YANN ARTHUS-BERTRAND

Jeudi 27 août 2009

Si vous ne l’avez pas vu, accordez-vous le temps de le découvrir ; tout le monde est concerné ; c’est un film réaliste ; cette réalité nous la portons ; ce n’est pas un film fataliste ; la fatalité n’est pas notre droit de naissance ; c’est un film qui peut nous inspirer à être un peu plus conscient et nous sensibiliser à être acteur du changement difficile mais crucial qui s’amorce, dont tout le monde est témoin.

Image de prévisualisation YouTube

54 pays filmés en hélicoptère
217 jours de tournage sur dix-huit mois

Un film de Yann Arthus-Bertrand
Jacques Gamblin est la voix française.

733 cassettes ont été enregistrées ; 150 pays ont projeté le documentaire ; 284 salles de cinéma françaises ont diffusé le film, le plus souvent gratuitement ; la diffusion a été simultanée sur 80 chaines de télé du monde entier ; le film a été projeté sur grands écrans en plein air dans plus de 40 grandes villes (Champ de Mars à Paris, Ciné Lumière de Londres, Golden Hall de Marousi à Athènes, Central Parc à New York…) ; il a été traduit en 39 langues.

Yann Arthus-Bertrand souligne : « Nous sommes en train d’épuiser toutes les ressources de notre Terre, Home est un film militant et citoyen sur son état préoccupant ».  Auteur du livre « La Terre vue du ciel » (best-seller vendu à ce jour à plus de 3,5 millions d’exemplaires), il se veut positif : « Ce qui est important, ce ne sont pas les 50 % de forêts qui ont disparu, mais les 50 % qui restent ; nous sommes 6 milliards d’intelligences pour agir ».

Yann Arthus-Bertrand s’est vu récompensé pour son travail par le Programme des Nations Unies pour l’Environnement (PNUE) le 22 avril ; avec six autres lauréats il a reçu la haute récompense de « Champions de la Terre » par Achim Steiner, Secrétaire général adjoint des Nations Unies et Directeur exécutif du Programme des Nations Unies pour l’Environnement (PNUE) qui a dit : « …La passion, la créativité, l’intelligence, la vision et le dynamisme unissent chacun de nos lauréats 2009 – des qualités clés urgemment nécessaires à moins de 230 jours de la réunion cruciale de la convention sur le climat des Nations Unies en Décembre. Des qualités aussi indispensables pour transformer la crise actuelle et future en une opportunité pour réaliser une économie verte durable pour le 21e siècle »

 

Pour donner de la force à  la
Conférence sur les changements climatiques de Copenhague
de décembre 2009,
le Programme des Nations Unies pour l’Environnement (PNUE)
lance une campagne sur internet
afin d’obtenir des millions de signatures de soutient.
La pétition peut être signée sur le site :
www.sealthedeal2009.org.

Discours à l’ONU sur l’environnement d’une enfant de 14 ans

Dimanche 23 août 2009

Image de prévisualisation YouTube

En 1992,

Une pré adolescente, représentante de l’association canadienne « Organisation des Enfants en défense de l’Environnement » regroupant des enfants de 12 à 13 ans, avec ses amis a fourni tous les efforts pour réunir l’argent et venir, de leur propre initiative, aux Nations Unies, à 5000Km de leur domicile, pour évoquer la nécessité urgente, pour l’humanité et l’environnement, de changer sa façon de vivre.

Une requête d’une actualité torride.

Un sourire en chantant, et le monde renaît à la vie

Vendredi 10 avril 2009

 

Image de prévisualisation YouTube

Interprétation du chant par Elyane Célis (1914 – 1962) en 1938